Colite - Le Point Vétérinaire.fr

INDICATIONS DE LA THÉRAPIE PAR RAYONNEMENT LASER

Espace réalisé par le département Conseil & Communication du Point Vétérinaire pour COMPANION HEALTH ANIMAL

Nouveautés et niveau de preuve : « que la lumière soit ! »
Désormais, et à l’image de la médecine humaine, le consensus concernant le traitement d’un animal malade est une prise en charge globale dans une démarche holistique, avec un plan d’action thérapeutique, adjuvant et, le cas échéant, palliatif. Dans l’arsenal des nouvelles techniques proposées depuis quelques années, la thérapie par rayonnement laser (photobiomodulation), tend à occuper une place d’importance. Ce n’est pas un hasard : la preuve scientifique de son action est maintenant établie pour certaines prescriptions et sa « démocratisation », à l’image de l’échographie à l’orée des années 2000, permet de cumuler des données terrains confortant et précisant les indications proposées par les fabricants (comme en témoignent les études synthétisées dans cette présentation). Il ne nous reste plus qu’à nous entraîner pour intégrer cette stratégie thérapeutique ou complémentaire, quasiment sans effets indésirables, dans les soins prodigués aux animaux qui nous sont confiés.
« Et la lumière fut! »

D’après ALVES J.C. et al., “The effect of photobiomodulation therapy on the management of chronic idiopathic large‑bowel diarrhea in dogs », Lasers in Medical Science, doi.org/10.1007/s10103-021-03469-w.

Colite chronique idiopathique chez le chien

Apport de la photobiomodulation

Points clés

  • La thérapie par rayonnement laser peut être indiquée lors de colite chronique idiopathique.
  • Une étude a montré de bons résultats chez des chiens de travail présentant des diarrhées liées au stress.
  • Les résultats obtenus grâce à la photobiomodulation se sont avérés meilleurs qu’avec une supplémentation nutritionnelle de fibres solubles (psyllium).

Une étude récente a évalué l’intérêt de la thérapie par photobiomodulation pour aider à contrôler la colite chronique idiopathique chez le chien. Cette affection est fréquemment observée chez les chiens de travail et de sport soumis à des stress intenses ; elle se caractérise par des signes de colite sans que des lésions intestinales ne soient mises en évidence.

La thérapie par PBM a déjà montré un effet favorable lors de colite induite chez des rongeurs mais son intérêt n’avait pas encore été évalué lors de diarrhée de stress chez le chien.

Une étude sur 30 chiens de travail

Chien

Trente chiens de police de grand format ont été inclus dans l’étude : 15 malinois, 10 bergers allemands et 5 bergers hollandais, dont l’âge moyen était de 3,6 ± 2,3 ans et le poids de 24,6 ± 8,0 kg. La fréquence de défécation était supérieure à 3 fois par jour chez 14 chiens et 15 présentait une diarrhée chronique.

Ces chiens furent divisés en deux groupes.

  • Les chiens du groupe contrôle (C) ont reçu 4 cuillères à soupe/jour de psyllium pendant 30 jours. Cette source de fibres solubles est en effet un prébiotique connu pour limiter le risque de diarrhée chez les chiens de travail.
  • Les chiens de l’autre groupe (T) ont été traité par photobiomodulation (PBM) avec un laser thérapeutique de classe IV, à raison de trois séances la première semaine, deux la deuxième semaine et une la troisième semaine. Chaque séance durait 6 minutes et était appliquée sur l’ensemble de l’abdomen des chiens.

La qualité des selles, le « canine inflammatory bowel disease index » (score CIBDAI) et l’indice de condition corporelle (ICC) ont été évalués chez tous les chiens, tout au long de l’étude. L’hypothèse testée consistait à savoir si la PBM pouvait produire des effets aussi bénéfiques que le psyllium.

La PBM, plus efficace que le psyllium

La fréquence de défécation et le score CIBDAI sont apparus corrélés au niveau d’activité des chiens (p < 0,01, R²=0,214) : les chiens extrêmement actifs avaient une fréquence accrue de défécation et un score CIBDAI plus élevé que les autres.

Bien que les deux approches thérapeutiques aient produit des effets bénéfiques, les résultats furent significativement meilleurs avec la PBM qu’avec la supplémentation en psyllium : diminution de la fréquence de défécation et des épisodes de diarrhée, augmentation du poids corporel, amélioration de l’ICC et réduction du score CIBDAI.

L’analyse statistique a montré que le risque de récidive de diarrhée était 4,5 fois plus important dans le groupe C que dans le groupe T (intervalle de confiance de 95 % ; p = 0,01). De plus, des résultats favorables ont été encore constatés à l’issue de la quatrième et dernière semaine de suivi dans le groupe T, alors qu’aucune séance de PBM n'avait été réalisée, faisant supposer un effet durable de la thérapie laser.

Comme cela a été prouvé dans des modèles expérimentaux, la thérapie laser peut produire des effets positifs au niveau histologique : elle aide à réduire la taille des lésions et les niveaux d'inflammation. Dans cette étude, l’évaluation histopathologique n’a pas été réalisée mais l’on peut supposer que les améliorations cliniques constatées soient dues à une diminution de l'inflammation colique.

La PBM est une thérapie non invasive, peu coûteuse et qui ne présente pas de risque pour l’animal traité. Les résultats présentés ici indiquent qu’elle pourrait être utile au traitement des chiens de travail victimes d’inflammation chronique du gros intestin.

Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application