Prise en charge et pronostic des fractures du bassin chez le cheval de course et de sport fondés sur le suivi d’une population de 86 chevaux - Pratique Vétérinaire Equine n° 0216 du 09/12/2022
Pratique Vétérinaire Equine n° 0216 du 09/12/2022

DOSSIER

Claire MOIROUD (DESV de biomécanique et pathologie locomotrice du cheval, cert. Iselp et DACVSMR, DECVSMR)*, Virginie COUDRY (DESV de biomécanique et pathologie locomotrice du cheval, cert. Iselp, DACVSMR, DECVSMR)**, Jean-Marie DENOIX (agrégé, PhD, fondateur Iselp, assoc. LA-ECVDI, DACVSMR, DECVSMR)***


*Cirale, Inrae-ENVA, 957 BPLC, École nationale vétérinaire d’Alfort, 94700 Maisons-Alfort
**Cirale-ENVA, Normandie Équine Vallée, La Fromagerie, 1180 route de l’Église, 14430 Goustranville

Pour établir le pronostic, il convient d’identifier précisément le type de fracture et sa localisation. Plus d’un cheval sur deux retourne en compétition après une convalescence parfois longue, mais pas toujours au niveau escompté.

Après une fracture du bassin, un retour à une activité sportive est rapporté dans 28 à 62 % des cas selon les études [17, 21]. La plupart des résultats concernent les chevaux de course(1), et en particulier les galopeurs, car il existe peu de données sur les chevaux de sport européens et aucune étude ne s’est intéressée à l’influence de la discipline sur le pronostic sportif, avant l’analyse portant sur les cas de fracture du bassin diagnostiqués dans un centre ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de Pratique Vétérinaire Equine
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Pratique Vétérinaire Equine
Pratique Vétérinaire Equine, la revue de formation de référence des vétérinaires équins.
Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr