Les fractures du bassin chez le cheval de course et de sport : données épidémiologiques d’après l’analyse rétrospective de 86 cas - Pratique Vétérinaire Equine n° 0216 du 09/12/2022
Pratique Vétérinaire Equine n° 0216 du 09/12/2022

Pathologie locomotrice

DOSSIER

Claire MOIROUD (DESV de biomécanique et pathologie locomotrice du cheval, cert. Iselp et DACVSMR, DECVSMR)*, Virginie COUDRY (DESV de biomécanique et pathologie locomotrice du cheval, cert. Iselp, DACVSMR, DECVSMR)**, Jean-Marie DENOIX (agrégé, PhD, fondateur Iselp, assoc. LA-ECVDI, DACVSMR, DECVSMR)***


*Cirale, Inrae-ENVA, 957 BPLC, École nationale vétérinaire d’Alfort, 94700 Maisons-Alfort
**Cirale-ENVA, Normandie Équine Vallée, La Fromagerie, 1180 route de l’Église, 14430 Goustranville

Si la plupart de ces lésions sont dues à un traumatisme externe et affectent notamment les jeunes chevaux, un processus de fatigue osseuse peut être à l’origine d’une telle fracture avec une prédisposition particulière chez les galopeurs.

Dans les données publiées, les fractures du bassin sont rapportées comme la cause d’une boiterie postérieure dans 0,9 à 4,4 % des cas [13]. Les différents types de fracture du bassin sont largement décrits chez les pur-sang de course, mais peu de données sont disponibles sur les chevaux qui évoluent dans d’autres disciplines que les courses, notamment les chevaux de sport européens [5, 6, 9-11, 13, 18, 19, 22, 23]. Cette observation a motivé l’analyse rétrospective des cas de fracture ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de Pratique Vétérinaire Equine
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Pratique Vétérinaire Equine
Pratique Vétérinaire Equine, la revue de formation de référence des vétérinaires équins.
Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr