Dompéridone versus sulpiride pour l’induction de la lactation chez la jument non gravide - Pratique Vétérinaire Equine n° 0216 du 09/12/2022
Pratique Vétérinaire Equine n° 0216 du 09/12/2022

CAHIER PRATIQUE

Fiche thérapeutique

Yassine MALLEM**, Jean-François BRUYAS (dipECAR)****


** Unité de pharmacologie et de toxicologie
**** Unité de biotechnologies et pathologie de la reproduction
***Oniris
****101 route de Gachet
*****44300 Nantes

En raison de ses propriétés pharmacologiques et puisqu’elle est reconnue comme substance essentielle pour le traitement des équidés, la dompéridone serait à privilégier. Néanmoins, la formulation galénique disponible en France est peu pratique.

La gestion de poulains orphelins ou rejetés par leur mère est un réel défi à relever en urgence. La possibilité d’induire une lactation chez des juments en dehors de toute gestation est clairement démontrée, de même qu’il est possible de leur faire adopter un poulain (encadré 1). De la même manière, il est possible de stimuler la lactation de juments présentant une agalaxie post-partum (poulinage prématuré) ou une faible lactation. L’induction de la lactation est réalisée en stimulant la sécrétion de prolactine ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de Pratique Vétérinaire Equine
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Pratique Vétérinaire Equine
Pratique Vétérinaire Equine, la revue de formation de référence des vétérinaires équins.
Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr