Dysfonctionnement de la pars intermedia de l’hypophyse : démarches diagnostique et thérapeutique - Pratique Vétérinaire Equine n° 0215 du 09/09/2022
Pratique Vétérinaire Equine n° 0215 du 09/09/2022

ARTICLE DE SYNTHÈSE • ENDOCRINOLOGIE

CAHIER SCIENTIFIQUE

Article de synthèse

François-René BERTIN (dipACVIM)


*School of Veterinary Science
**The University of Queensland
***Gatton, QLD, 4343 (Australie)

Comme le DPIH est une maladie dégénérative et que les hormones sont sujettes à des variations physiologiques, une approche diagnostique dichotomique est ardue. L’évaluation du contexte clinique est alors fondamentale pour la prise en charge du cheval.

Avec plus d’un tiers des chevaux considérés comme âgés, le vieillissement de la population équine fait des maladies dégénératives une dominante pathologique en pratique équine. Avec une prévalence estimée à plus de 20 % chez les chevaux de plus de 15 ans, le dysfonctionnement de la pars intermedia de l’hypophyse (DPIH) devient une maladie de plus en plus fréquente [16, 25]. Parfois associé au syndrome métabolique équin et à la dérégulation de l’insuline, le DPIH est une entité distincte qui doit ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de Pratique Vétérinaire Equine
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Pratique Vétérinaire Equine
Pratique Vétérinaire Equine, la revue de formation de référence des vétérinaires équins.
Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr