Bon usage des tests biologiques dans le cadre des principales causes infectieuses de fièvre isolée - Pratique Vétérinaire Equine n° 0215 du 09/09/2022
Pratique Vétérinaire Equine n° 0215 du 09/09/2022

DIAGNOSTIC

DOSSIER

Anne COUROUCÉ* ** *, Éric RICHARD* *** **, Loïc LEGRAND* *** ***, Pierre-Hugues PITEL* *******


** Respe, 3 rue Nelson Mandela, 14280 Saint-Contest
**** Cisco-Oniris, route de Gachet, 44300 Nantes
****** Labéo, route de Rosel, 14280 Saint-Contest

La demande d’analyse doit être réfléchie selon le tableau clinique et le contexte épidémiologique. La prévalence de certaines maladies jouant notamment un rôle majeur, il convient d’interpréter les résultats avec prudence.

L’expression “fièvre isolée” inclut toute fièvre qui se déclare sans autre signe clinique associé et dont l’origine doit être déterminée. Les causes sont multiples, infectieuses ou non. Cet article reprend les éléments de diagnostic des maladies infectieuses les plus fréquemment incriminées, c’est-à-dire la piroplasmose, l’anaplasmose, la borréliose, l’anémie infectieuse des équidés, la fièvre de West Nile et la leptospirose. Le diagnostic étiologique repose sur un examen clinique minutieux, une bonne connaissance des tests biologiques et de leurs limites, mais aussi sur un recueil ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de Pratique Vétérinaire Equine
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Pratique Vétérinaire Equine
Pratique Vétérinaire Equine, la revue de formation de référence des vétérinaires équins.
Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr