Pratique Vétérinaire Equine n° 0214 du 30/06/2022

Article original - Parasitologie

CAHIER SCIENTIFIQUE

Article original

Laurence MALANDRIN, *, Lucie OLLIVIER, **, Margaux HACHE, ***, Roxanne BAROSI, ****, Suzanne BASTIAN, *****, Albert AGOULON******


*Bioepar, Inrae, Oniris
**101, route de Gachet
***44300 Nantes
****Conflit d’intérêt
*****Aucun

L'abondance des tiques dans certaines zones géographiques est parfois inquiétante. Les mesures de lutte contre ces parasites, potentiels vecteurs de la piroplasmose et d’autres maladies, s’inscrivent dans une approche intégrée.

Le pré constitue l’environnement naturel des équidés et nombre d’entre eux y passent de longues heures, été comme hiver. Néanmoins, dans ces pâtures souvent délaissées par les agriculteurs car difficiles à entretenir ou de qualité médiocre pour des cultures, aux accès peu praticables, en zones inondables ou périurbaines, dans des régions semi-montagneuses, au bord de cours d’eau ou de forêts, les tiques ont trouvé des refuges et prolifèrent localement. Elles représentent pour certains propriétaires d’équidés une préoccupation quasi quotidienne avec peu de répit, ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de Pratique Vétérinaire Equine
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Pratique Vétérinaire Equine
Pratique Vétérinaire Equine, la revue de formation de référence des vétérinaires équins.
Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr