Pratique Vétérinaire Equine n° 211 du 01/07/2021

Edito

Gwenola Touzot-Jourde

Rubor, calor, tumor, dolor : les signes de l’inflammation sont observés quotidiennement en pratique équine et expliquent pourquoi la classe des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) reste incontournable dans la prise en charge de la douleur en première intention. Si l’inflammation est un processus nécessaire à la cicatrisation d’un tissu traumatisé, l’intensité de ses signes, en particulier de la douleur, a un retentissement général qui peut être disproportionné et nécessite une intervention thérapeutique. Les AINS diminuent la douleur in situ grâce à ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de Pratique Vétérinaire Equine
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Pratique Vétérinaire Equine
Pratique Vétérinaire Equine, la revue de formation de référence des vétérinaires équins.
Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr