Le thème des “fibres” domine la 10e édition de l’EEHNC 2021 - Pratique Vétérinaire Equine n° 210 du 01/04/2021
Pratique Vétérinaire Equine n° 210 du 01/04/2021

NUTRITION ET PERFORMANCE

Cahier scientifique

Vu, lu, entendu…

Auteur(s) : Irene Tosi

Fonctions : Faculté de médecine vétérinaire,
université de Liège (Belgique),
membre du comité scientifique
de la 10e édition de l’European
Equine Health and Nutrition
Congress

La 10e édition de l’European Equine Health and Nutrition Congress s’est déroulée en format digital les 25 et 26 mars 2021. Fourrage, gestion des pâtures et parasitisme étaient les sujets clés du congrès.

« Fiber first » : les fibres étaient à la une de l’édition 2021 de l’EEHNC. Cet évé­nement, entièrement virtuel, a ouvert une série de séminaires en ligne sur le même thème qui permettront de maintenir une continuité et un contact régulier avec les participants.

Le fourrage à la loupe

La première journée du congrès visait à répondre à des questions comme « quels sont les besoins exacts d’un cheval en fourrage ? », « quelle est l’influence du sol sur la valeur nutritionnelle du fourrage ? », « est-il possible de nourrir uniquement avec du fourrage, sans complémentation ? », « quelles stratégies peuvent être appliquées pour prévenir le surpoids des chevaux et des poneys au pré ? », etc. Pat Harris (Waltham Petcare Science Institute, Royaume-Uni), Myriam Hesta (université de Gand, Belgique), Karst Brolsma (Eurofins Agro, Pays-Bas) et Annette Longland (Equine and Livestock Nutrition Services, Royaume-Uni) ont proposé des réponses sur ces sujets. Outre définir les quantités minimales à fournir à chaque animal selon ses besoins, qu’il s’agisse d’un cheval de sport ou d’un cheval soumis à une restriction calorique, les orateurs ont souligné l’importance cruciale de l’analyse du fourrage. Les biais qui y sont liés, tels que la variabilité des échantillons, des méthodes d’analyse et des laboratoires, ont été mis en évidence, de même que le manque d’information des propriétaires de chevaux qui mène souvent à une sous-estimation de la quantité de fourrage réellement adaptée aux besoins de leurs animaux. L’un des take-home messages de cette session visait à responsabiliser les praticiens équins quant à leur rôle de contrôle de l’alimentation des chevaux suivis, une tâche qui devrait devenir partie intégrante de l’examen clinique. Diverses stratégies ont été présentées pour surveiller la consommation d’herbe des chevaux et des poneys qui vivent au pré, afin de maintenir un état corporel optimal tout en prévenant le risque d’obésité.

Pâtures et parasitisme

Lors de la deuxième journée, Edwin Claerebout (université de Gand), Aránzazu Meana Manes (université de Madrid, Espagne), Deborah Van Doorn (université d’Utrecht, Pays-Bas), Adolfo Paz-Silva (université de Santiago de Compostela, Espagne) et Wilbert Pellikaan (université de Wageningue, Pays-Bas) ont abordé les différents moyens diagnostiques employés dans la lutte antiparasitaire chez les équidés, résumé les principales résistances aux antiparasitaires et présenté les tests disponibles dans le commerce, sous la forme de kits, pour la détection de certains parasites (par exemple, le test salivaire Equisal® pour les vers plats). Ensuite, les perspectives européennes nord-occidentale et méridionale en matière d’infestation parasitaire, les résistances aux antiparasitaires et la gestion des chevaux et des pâtures selon les conditions climatiques et l’hébergement des animaux ont été décrites. Ainsi, la principale recommandation mise en évidence consiste à tester les chevaux et à les traiter selon une stratégie sélective, en visant les sujets excréteurs et les parasites incriminés tout en essayant de réduire les résistances aux antiparasitaires. Pour guider cette démarche, un compendium a été mis au point aux Pays-Bas (https://www.parasietenwijzer.nl/e/). Enfin, les agents biologiques (en particulier, les champignons et les tannins), qui peuvent contribuer à la lutte antiparasitaire chez le cheval, ont fait l’objet des dernières conférences.

Les séminaires à venir

Pour maintenir le fil rouge de cette édition du EEHNC, des séminaires en ligne sont proposés le 30 septembre 2021, et le 24 mars et le 29 septembre 2022. Les sujets abordés seront variés : les champignons, la myopathie atypique, les mycotoxines, la santé dentaire, les ulcères gastriques, etc.

Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr