Les compléments alimentaires pour le système respiratoire et l’immunité - Pratique Vétérinaire Equine n° 209 du 01/01/2021
Pratique Vétérinaire Equine n° 209 du 01/01/2021

NUTRITION

Cahier pratique

Fiche d’analyse

Auteur(s) : Thibault Frippiat

Fonctions : Equine Sports Medicine,
Laren (Pays-Bas)

Cette fiche s’intéresse aux ingrédients utilisés dans les compléments alimentaires pour chevaux destinés au soutien de la fonction respiratoire et du système immunitaire. Ces deux systèmes sont combinés, car les compléments au soutien immunitaire sont généralement dédiés à l’immunité respiratoire, celle-ci étant le plus souvent sollicitée en cas d’agression virale ou bactérienne, ou encore lors d’un stress (entraînement, transport, etc.). En outre, certains produits sont utilisés en nébulisation chez le cheval. Dans cette fiche pratique, seuls les effets sur les tissus respiratoires des ingrédients administrés per os sont discutés. Ces derniers sont abordés de manière individuelle, alors qu’ils sont habituellement associés dans les compléments alimentaires.

Fonction respiratoire

Vitamine C

L’acide ascorbique, ou vitamine C, est une vitamine hydrosoluble bien connue pour ses propriétés antioxydantes. Chez l’homme, la vitamine C présente un effet intéressant sur les voies respiratoires, elle entraîne en particulier une diminution de l’hyperréactivité bronchique et de la bronchoconstriction induite par l’exercice [19, 30]. Le cheval, contrairement à l’homme et à d’autres espèces animales, est en mesure de produire suffisamment d’acide ascorbique. Pour cette raison, la vitamine C n’est pas toujours intégrée dans les compléments alimentaires pour chevaux. Néanmoins, une diminution de la concentration alvéolaire en acide ascorbique est observée chez le cheval asthmatique au contact de poussières [5]. Par ailleurs, la complémentation orale en vitamine C entraîne une augmentation de sa concentration dans le liquide de surface des muqueuses respiratoires et pourrait donc présenter un intérêt chez le cheval asthmatique [6].

Oméga 3

Les oméga 3 sont des acides gras polyinsaturés dont la complémentation présenterait un effet positif sur la fonction respiratoire des personnes atteintes d’asthme [18]. L’hypothèse retenue est la régulation d’un déséquilibre entre les oméga 3 et les oméga 6 souvent présents chez l’homme. Néanmoins, l’administration à court terme (3 semaines) n’a pas entraîné d’effet sur l’hyperréactivité bronchique ou la cytologie respiratoire chez des patients asthmatiques [3].

Le cheval reçoit une ration traditionnellement riche en oméga 6, mais pas en oméga 3. Le lin est une source importante d’oméga 3 pour le cheval, et en particulier son huile. Une étude montre l’intérêt de l’administration d’oméga 3 chez 43 chevaux atteints d’asthme équin (sévère ou modéré) maintenus dans un environnement pauvre en poussières. L’administration d’oméga 3 a entraîné chez ces animaux une amélioration des signes cliniques et de la fonction pulmonaire, ainsi qu’une diminution de la neutrophilie alvéolaire [22].

Probiotiques

Saccharomyces cerevisiae est une levure notamment utilisée dans la fabrication du pain et de certaines bières. Dans un modèle induit d’asthme murin, l’administration orale de S. cerevisiae a engendré une diminution de l’hyperréactivité bronchique, de l’inflammation pulmonaire, ainsi que de l’expression génique des cytokines proinflammatoires [9]. En outre, cette levure faciliterait in vitro la réparation de l’épithélium bronchique humain atteint d’asthme [17]. Aucune étude ne montre cependant l’effet clinique sur la fonction respiratoire chez l’homme ou le cheval.

Phytothérapie

Thym

Le Thymus vulgaris est un sousarbrisseau de la famille des Lamiacées originaire du sud de l’Europe et du nord de l’Afrique, dont l’huile contient du thymol, un phénol (photo 1a). Le thymol entraîne une réduction in vitro des cytokines pro-inflammatoires et une augmentation de l’activité mucociliaire sur des lignées cellulaires trachéales humaines [21, 23]. Cependant, l’effet après son administration orale n’est pas décrit. Chez le cheval asthmatique, l’administration de thym associé à la primevère officinale (Primula veris) pendant un mois a amélioré certains paramètres de la fonction pulmonaire (résistance et compliance pulmonaires), sans montrer toutefois d’amélioration significative des signes cliniques ou des pressions partielles en oxygène [31].

Eucalyptus

Les Eucalyptus sont des plantes de la famille des Myrtacées (photo 1b). Ce genre est originaire d’Australie, mais de nombreuses espèces sont désormais présentes sur le continent européen, en particulier dans le bassin méditerranéen. L’eucalyptus est utilisé de manière ancestrale en médecine humaine pour ses vertus sur l’appareil respiratoire. Son huile essentielle, extraite à partir de ses feuilles, contient l’eucalyptol, également appelé cinéol. Un effet positif du cinéol sur la fonction respiratoire et la perception du patient a été observé lorsqu’il était administré en combinaison avec d’autres traitements (principalement des corticostéroïdes) [33]. Dans une autre étude, son administration a diminué le score de perception des signes cliniques par le patient après une administration de 4 et 7 jours [15]. De tels effets n’ont pas encore été montrés chez le cheval.

Ail

L’Allium sativum est une espèce de plante potagère de la famille des Liliacées, originaire d’Asie centrale, mais désormais cultivée dans de nombreuses régions du monde (photo 1c). Des effets spasmolytiques sont suggérés in vitro chez le rongeur [8]. Plus récemment, des effets positifs sur l’appareil respiratoire ont été montrés lors d’une complémentation en ail chez le cheval [28]. Dans cette étude, la quantité de mucus trachéal et le nombre de neutrophiles dans le mucus trachéal étaient significativement diminués après une administration durant 83 jours. Les auteurs concluent cependant qu’une administration prolongée d’ail chez le cheval peut être à l’origine d’une perturbation des paramètres hématologiques (légère baisse de l’hématocrite, de l’hémoglobine et du nombre d’hématies).

Cumin noir

La Nigella sativa, ou nigelle cultivée, est une plante de la famille des Renonculacées originaire du sud-ouest de l’Asie, qui contient de la thymoquinone (photo 1d). L’administration intrapéritonéale de thymoquinone a entraîné un effet positif sur les tissus pulmonaires de rongeurs soumis à un modèle d’asthme expérimental [13]. De même, l’administration orale de Nigella sativa a conduit à l’amélioration de la fonction pulmonaire chez des patients asthmatiques (effet bronchodilatateur) [2]. Aucune étude ne décrit cet effet ou la biodisponibilité du cumin noir chez le cheval.

Safran des Indes

La Curcuma longa, une plante herbacée de la famille des Zingibéracées originaire d’Asie du Sud, contient de la curcumine, un pigment polyphénolique utilisé comme colorant alimentaire. L’administration intrapéritonéale de curcumine a produit un effet positif sur les tissus pulmonaires de rongeurs soumis à un modèle expérimental d’asthme [14].

Les effets respiratoires de son administration per os ou chez le cheval n’ont pas encore été démontrés.

Fenugrec

La Trigonella foenum-graecum, ou sénégrain, est une plante herbacée de la famille des Fabacées, originaire d’Afrique du Nord mais présente à l’heure actuelle sur de nombreux continents (photo 1e). Dans une étude chez le rongeur, le fenugrec a montré un intérêt dans l’apaisement de l’inflammation due à de l’asthme allergique, principalement par une diminution des cytokines proinflammatoires et de l’infiltration cellulaire inflammatoire [26]. Son effet et sa biodisponibilité n’ont pas encore été étudiés chez le cheval.

Combinaison phytothérapeutique

Chez l’homme, une combinaison d’agents phytothérapeutiques est utilisée efficacement dans le traitement des infections des voies respiratoires supérieures. Il s’agit d’une mixture des extraits de gentiane jaune (Gentiana lutea), d’oseille commune (Rumex acetosa), de primevère officinale (Primula veris), de grand sureau (Sambucus nigra) et de verveine officinale (Verbena officinalis). Une étude montre cependant que l’administration de cette mixture pendant 14 jours n’a pas eu d’effet sur les signes cliniques, l’activité mucociliaire ou la cytologie alvéolaire chez 9 chevaux atteints d’asthme sévère [1].

Immunité

Vitamines et minéraux

Vitamine C

La vitamine C est la principale vitamine administrée pour les défenses immunitaires chez l’homme, même si son effet sur l’immunité ne fait pas l’unanimité. Son administration semble entraîner une diminution de la durée et de la sévérité des rhumes, mais sans effet sur leur incidence [12]. Le cheval étant en mesure de produire l’acide ascorbique, l’administration de vitamine C pour renforcer ses défenses immunitaires pourrait sembler superflue. Cependant, la complémentation en vitamine C engendre une augmentation de sa concentration dans les lignées cellulaires respiratoires qui pourrait en justifier l’emploi [6]. Selon une autre étude, si la concentration plasmatique d’acide ascorbique est légèrement (mais non significativement) augmentée lors d’une complémentation orale, elle est en revanche significativement inférieure chez les chevaux complémentés lors de l’arrêt de cette complémentation. Cette observation est probablement due à une augmentation de l’excrétion rénale ou à une diminution de la production hépatique d’acide ascorbique [27].

Un effet de la complémentation orale de vitamine C sur l’incidence des affections respiratoires infectieuses n’est pas encore démontré à ce jour chez le cheval.

Zinc

Le zinc est un oligoélément essentiel pour le système immunitaire, car il joue un rôle dans la synthèse des gammaglobulines. Les carences en zinc sont connues chez l’homme pour entraîner des altérations des défenses immunitaires, et une augmentation du risque d’inflammations [16].

Les effets de sa complémentation orale sont mitigés. Le zinc aurait un intérêt pour certaines atteintes comme les infections pulmonaires, mais pas pour les rhumes [25].

Chez le cheval, il est montré qu’une hypogammaglobulinémie est plus fréquemment rencontrée chez les individus présentant une carence en zinc [7].

Sélénium

Le sélénium est un oligoélément bien connu pour ses propriétés antioxydantes. Il est également établi que le sélénium joue un rôle dans l’immunité innée et acquise humaine [29]. Chez le cheval également, la complémentation en sélénium semble influencer la fonction immunitaire, et en particulier l’expression de certaines cytokines [20]. Une étude montre que la complémentation en sélénium n’affecte pas la réponse immunitaire à la suite d’une vaccination, mais que la carence en sélénium peut affecter négativement l’immunité cellulaire [4]. Une attention particulière doit cependant être portée aux excès de sélénium qui peuvent se révéler toxiques chez le cheval.

Oméga 3

Les acides gras oméga 3 jouent également un rôle dans l’immunité chez l’homme [11]. Chez le cheval, une complémentation en oméga 3 a entraîné une augmentation de leur concentration plasmatique et au niveau de la membrane cellulaire des hématies, avec une réponse inflammatoire rapide plus prononcée chez les chevaux complémentés en comparaison des non complémentés [32].

Phytothérapie : Échinacées

Les Échinacées sont un genre de plantes de la famille des Astéracées, dont l’espèce Echinacea purpurea, originaire d’Amérique du Nord, est régulièrement utilisée chez l’homme (photo 2). Son effet sur l’immunité est reconnu, en particulier en prévention, afin de réduire la sévérité des signes cliniques dus à une infection des voies respiratoires hautes [10].

Chez le cheval, l’administration orale d’Echinacea angustifolia, une autre espèce du genre Échinacées, a présenté un effet stimulant sur l’immunocompétence, qui s’est traduit par une augmentation de la capacité de phagocytose par les neutrophiles, et de migration de ces derniers vers les tissus périphériques [24]. Un effet clinique direct sur les infections respiratoires n’a pas encore été observé en médecine équine.

  • 1. Anour R, Leinker S, van den Hoven R. Improvement of the lung function of horses with heaves by treatment with a botanical preparation for 14 days. Vet. Rec. 2005;157 (23) 733-736.
  • 2. Boskabady MH, Mohsenpoor N, Takaloo L. Antiasthmatic effect of Nigella sativa in airways of asthmatic patients. Phytomedicine. 2010;17 (10):707-713.
  • 3. Brannan JD, Bood J, Alkhabaz A et coll. The effect of omega-3 fatty acids on bronchial hyperresponsiveness, sputum eosinophilia, and mast cell mediators in asthma. Chest. 2015;147 (2):397-405.
  • 4. Brummer M, Hayes S, Adams AA et coll. The effect of selenium supplementation on vaccination response and immune function in adult horses. J. Anim. Sci. 2013;91 (8):3702-3715.
  • 5. Deaton CM, Marlin DJ, Deaton L et coll. Comparison of the antioxidant status in tracheal and bronchoalveolar epithelial lining fluids in recurrent airway obstruction. Equine Vet. J. 2006;38 (5):417-422.
  • 6. Deaton CM, Marlin DJ, Smith NC et coll. Pulmonary bioavailability of ascorbic acid in an ascorbate-synthesising species, the horse. Free Radic. Res. 2003;37 (4):461-467.
  • 7. De Simone EA, Bottini JM, Alvarez EA et coll. Association between low serum zinc concentration and hypogammaglobulinemia in foals of different age categories. J. Equine Vet. Sci. 2013;33 (6):401-405.
  • 8. Fehri B, Mueen Ahmed KK, Aiache JM. The relaxant effect induced by Allium sativum L. bulb aqueous extract on rat isolated trachea. Pharmacogn. Mag. 2011;7 (25):14-18.
  • 9. Fonseca VMB, Milani TMS, Prado R et coll. Oral administration of Saccharomyces cerevisiae UFMG A-905 prevents allergic asthma in mice. Respirology. 2017;22 (5):905-912.
  • 10. Goel V, Lovlin R, Barton R et coll. Efficacy of a standardized echinacea preparation (Echinilin) for the treatment of the common cold: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. J. Clin. Pharm. Ther. 2004;29 (1):75-83.
  • 11. Gutiérrez S, Svahn SL, Johansson ME. Effects of omega-3 fatty acids on immune cells. Int. J. Mol. Sci. 2019;20 (20):5028.
  • 12. Hemilä H, Chalker E. Vitamin C for preventing and treating the common cold. Cochrane Database Syst. Rev. 2013;1:CD000980.
  • 13. Kalemci S, Cilaker Micili S, Acar T et coll. Effectiveness of thymoquinone in the treatment of experimental asthma. Clin. Ter. 2013;164 (3):e155-e158.
  • 14. Karaman M, Firinci F, Cilaker S et coll. Anti-inflammatory effects of curcumin in a murine model of chronic asthma. Allergol. Immunopathol. (Madr). 2012;40 (4):210-214.
  • 15. Kehrl W, Sonnemann U, Dethlefsen U. Therapy for acute nonpurulent rhinosinusitis with cineole: results of a double-blind, randomized, placebocontrolled trial. Laryngoscope. 2004;114 (4):738-742.
  • 16. Maares M, Haase H. Zinc and immunity: an essential interrelation. Arch. Biochem. Biophys. 2016;611:58-65.
  • 17. Michael CF, Waters CM, LeMessurier KS et coll. Airway epithelial repair by a prebiotic mannan derived from Saccharomyces cerevisiae. J. Immunol. Res. 2017,2017:8903982.
  • 18. Mickleborough TD, Ionescu AA, Rundell KW. Omega-3 fatty acids and airway hyperresponsiveness in asthma. J. Altern. Complement. Med. 2004;10 (6):1067-1075.
  • 19. MohseninV. Effect of vitamin C on NO2-induced airway hyperresponsiveness in normal subjects: a randomized double-blind experiment. Am. Rev. Respir. Dis. 1987;136 (6):1408-1411.
  • 20. Montgomery JB, Wichtel JJ, Wichtel MG et coll. Effects of selenium source on measures of selenium status and immune function in horses. Can. J. Vet. Res. 2012;76 (4):281-291.
  • 21. Nabissi M, Marinelli O, Morelli MB et coll. Thyme extract increases mucociliary-beating frequency in primary cell lines from chronic obstructive pulmonary disease patients. Biomed. Pharmacother. 2018;105:1248-1253.
  • 22. Nogradi N, Couetil LL, Messick J et coll. Omega-3 fatty acid supplementation provides an additional benefit to a low-dust diet in the management of horses with chronic lower airway inflammatory disease. J. Vet. Intern. Med. 2015;29 (1):299-306.
  • 23. Oliviero M, Iannarelli R, Morelli MB et coll. Evaluations of thyme extract effects in human normal bronchial and tracheal epithelial cell lines and in human lung cancer cell line. Chem. Biol. Interact. 2016;256:125-133.
  • 24. O’Neill W, McKee S, Clarke AF. Immunological and haematinic consequences of feeding a standardised Echinacea (Echinacea angustifolia) extract to healthy horses. Equine Vet. J. 2002;34 (3):222-227.
  • 25. Overbeck S, Rink L, Haase H. Modulating the immune response by oral zinc supplementation: a single approach for multiple diseases. Arch. Immunol. Ther. Exp. (Warsz). 2008;56 (1):15-30.
  • 26. Piao CH, Bui TT, Song CH et coll. Trigonella foenum-graecum alleviates airway inflammation of allergic asthma in ovalbumin-induced mouse model. Biochem. Biophys. Res. Commun. 2017;482 (4):1284-1288.
  • 27. Ralston S, Stives M. Supplementation of ascorbic acid in weanling horses following prolonged transportation. Animals. 2012;2 (2):184-194.
  • 28. Saastamoinen M, Särkijärvi S, Hyyppä S. Garlic (Allium sativum) supplementation improves respiratory health but has increased risk of lower hematologic values in horses. Animals. 2019;9 (1):13.
  • 29. Steinbrenner H, Al-Quraishy S, Dkhil MA et coll. Dietary selenium in adjuvant therapy of viral and bacterial infections. Adv. Nutr. 2015;6 (1):73-82.
  • 30. Tecklenburg SL, Mickleborough TD, Fly AD et coll. Ascorbic acid supplementation attenuates exercise-induced bronchoconstriction in patients with asthma. Respir. Med. 2007;101 (8):1770-1778.
  • 31. Van den Hoven R, Zappe H, Zitterl-Eglseer K et coll. Study of the effect of Bronchipret on the lung function of five Austrian saddle horses suffering recurrent airway obstruction (heaves). Vet. Rec. 2003;152 (18):555-557.
  • 32. Vineyard KR, Warren LK, Kivipelto J. Effect of dietary omega-3 fatty acid source on plasma and red blood cell membrane composition and immune function in yearling horses. J. Anim. Sci. 2010;88 (1):248-257.
  • 33. Worth H, Dethlefsen U. Patients with asthma benefit from concomitant therapy with cineole: a placebo-controlled, double-blind trial. J. Asthma. 2012;49 (8):849-853.

CONFLIT D’INTÉRÊTS : AUCUN

Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr