Pratique Vétérinaire Equine n° 206 du 01/04/2020

THÉRAPEUTIQUE

Cahier scientifique

Article original

Sophie Desforges*, Céline Robert**, Sébastien Perrot***, Claude Faivre****


*30, rue de Naples
75008 Paris
**ENV d’Alfort
7, avenue du Général de Gaulle
94700 Maisons-Alfort
***ENV d’Alfort
7, avenue du Général de Gaulle
94700 Maisons-Alfort
****Laboratoire Wamine
1 ZI du Taillis Champtoceaux
49270 Orée D’Anjou

Pour évaluer le risque de contrôle positif lié à l’usage de la phytothérapie chez les chevaux de compétition, une étude de terrain a testé 28 extraits de plantes fraîches standardisés (EPS).

Résumé

La phytothérapie représente une option thérapeutique très intéressante chez le cheval. Il apparaît donc nécessaire de savoir si elle peut être utilisée sans risque chez les chevaux de compétition. L’étude a consisté en l’administration à des juments de sport de 28 extraits de plantes fraîches standardisés et glycérinés (EPS) pendant sept jours, à plus de cinq fois la dose recommandée. Le lendemain de la dernière administration, le sang et l’urine ont été prélevés pour la recherche de substances prohibées par le Laboratoire des courses hippiques (LCH). Seul la guarana entraîne un test positif. Les bilans hémato-biochimiques révèlent des variations qui pourraient s’expliquer par l’effet des principes actifs présents dans les EPS.

Summary

USE OF PHYTOTHERAPY AND RISK OF DOPING IN SPORT HORSES

Phytotherapy represents a very interesting therapeutic option for horses. However, it is imperative to know if these therapies can be used without risk in competition horses.

The study described in this article consisted of administering 28 standardized fresh plant extracts and glycerine (SPE) to sports mares at a dose of more than five times the recommended dose for seven days.

On the day following the last administration, blood and urine were sampled for prohibited substances by the French Horse Racing Laboratory. Only guarana tested positive. The blood and biochemical assessments revealed variations that could be explained by the effect of the active ingredients present in SPE.

Key words

Phytotherapy, sport horse, doping substance, medication control, horse racing.
La phytothérapie est de plus en plus plébiscitée en médecine vétérinaire, que ce soit par les éleveurs, les propriétaires ou les prescripteurs. Cet engouement peut s’expliquer par l’absence d’effets secondaires aux doses couramment préconisées pour les plantes de la liste A, une individualisation possible du traitement à chaque cas clinique et des principes actifs plus faciles à éliminer par l’organisme en raison de leur formule stéréochimique lévogyre [10, 13]. La liste A inclut 442 « plantes médicinales utilisées traditionnellement », parmi lesquelles ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de Pratique Vétérinaire Equine
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Pratique Vétérinaire Equine
Pratique Vétérinaire Equine, la revue de formation de référence des vétérinaires équins.
Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK