Pratique vétérinaire équine n° 199 du 01/07/2018

Urologie

Dossier

Chirurgie urinaire chez le cheval

Guillaume Manneveau*, Caroline Tessier**, Claire de Fourmestraux***


*Oniris, Campus vétérinaire
101, route de Gachet
44300 Nantes

Pour des raisons anatomiques, c’est le mâle qui est le plus souvent atteint. Plusieurs approches sont envisageables, pour le traitement des urétrolithiases et des brèches urétrales notamment.

Résumé

Les affections de l’urètre atteignent le plus souvent les chevaux mâles entiers ou castrés en raison de la longueur et de l’étroitesse de cette structure comparée aux femelles. Certaines anomalies, telles que les fistules recto-urétrales, sont d’origine congénitale et plutôt rares, alors que d’autres sont acquises et plus fréquentes, telles que les calculs urétraux ou les brèches urétrales. La prise en charge passe le plus souvent par un traitement chirurgical et le pronostic est souvent favorable, par exemple lors de calculs urétraux sans atteinte rénale. Cependant, ce pronostic est parfois difficile à établir pour certaines entités, comme les fistules recto-urétrales, en raison du faible nombre de données publiées.

Summary

URETHRAL CONDITIONS MANAGED BY SURGICAL TREATMENT IN HORSES

Urethral affections are most commonly found in entire or castrated male horses because of the length and narrowness of the urethra compared to females. Some anomalies, such as recto-urethral fistulas, are of congenital origin and are rare, while others are acquired and more frequent, such as urethral stones or urethral tears. The management of these conditions usually involves surgical treatment and the prognosis is often favourable, for example, for urethral stones without kidney involvement. However, the prognosis is sometimes difficult to establish for some disorders, such as recto-urethral fistulas, because of limited published data.

Key words

horse, surgery, urethra, urolithiasis, perineal urethrotomy.
L’urètre est une structure tubulaire longue de 75 à 90 cm chez le mâle, composée de deux portions : une portion intrapelvienne au niveau de laquelle s’abouchent les canaux éjaculateurs, les canaux prostatiques et les glandes bulbo-urétrales indispensables à la reproduction, et une portion extrapelvienne contenue dans le pénis, composé d’un large corps caverneux dorsal à l’urètre et d’un petit corps spongieux entourant l’urètre (figure 1). Ce dernier est entouré d’un muscle urétral, dans sa partie intrapelvienne, prolongé par le muscle bulbospongieux ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
de Pratique Vétérinaire Equine
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Pratique Vétérinaire Equine
Pratique Vétérinaire Equine, la revue de formation de référence des vétérinaires équins.
Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK