Sexage du fœtus équin - Ma revue n° 017 du 01/01/2017 - Le Point Vétérinaire.fr
Ma revue n° 017 du 01/01/2017

Imagerie de la gestation

Auteur(s) : Catherine D. Renaudin

Fonctions : Theriogenology service,
University of California
Davis, Davis,
CA 95618 États-Unis
cdrenaudin@ucdavis.edu

L’identification des structures anatomiques à l’échographie permet de déterminer le sexe du fœtus équin. Selon le stade de la gestation, la voie transrectale ou la voie trans­abdominale est choisie.

Le sexe du fœtus équin peut être déterminé par échographie avec une grande précision à condition que l’examen soit effectué pendant la période optimale et que les structures anatomiques soient correctement identifiées (encadré).

Détermination du sexe en début de gestation

Préparation de la jument

La jument est placée dans un travail pour limiter ses mouvements. Il est préférable de ne pas la tranquilliser car le fœtus deviendrait immobile et souvent mal positionné. Au cas où une sédation est nécessaire, du Sedivet®(1) (1 ml par voie intraveineuse [IV]) peut être utilisé. Un antispasmodique tel que l’Estocelan® injectable(2) (5 ml IV) peut être associé.

Matériel échographique

Il est important d’utiliser un échographe de bonne qualité qui permette d’ajuster le focus, la portion de fœtus à visualiser pouvant être plus ou moins profonde. L’appareil doit être muni d’une sonde linéaire 5 MHz.

Méthode

La détermination échographique du sexe du fœtus équin est fondée sur l’identification et la position du tubercule génital qui est la structure embryonnaire qui se différencie en pénis chez le mâle et en clitoris chez la femelle. Pendant le stade de différenciation, la distance ano-génitale (distance entre l’anus et le tubercule génital) augmente considérablement chez le mâle et ne varie pas chez la femelle. Le tubercule génital, qui se trouve initialement entre les deux membres postérieurs, se situe ensuite immédiatement en arrière du cordon ombilical chez le mâle et en dessous de la queue chez la femelle (figure 1).

L’écran de l’échographe est placé au niveau des yeux de l’opérateur, à l’abri de trop de lumière. Le rectum est vidé des crottins, puis la sonde échographique est introduite par voie transrectale au-dessus de l’utérus.

Trois plans de coupe peuvent être utilisés pour déterminer le sexe (figure 2) :

– coupe transversale (plan de coupe perpendiculaire au plan médian(3) et divisant le corps en cranial et caudal) ;

– coupe frontale (plan de coupe perpendiculaire aux plans médian et transverse, divisant le corps en portions dorsale et ventrale) ;

coupe sagittale (plan parallèle à l’axe médian du fœtus).

Selon notre expérience, les vues en coupe transversale sont en général les plus faciles à obtenir et à interpréter. Les vues en coupe frontale sont utiles, mais positionner la sonde échographique systématiquement dans le plan de coupe recherché est souvent difficile. Les vues en coupe sagittale ne sont exploitables que s’il s’agit de mâles.

Vue en coupe transversale

La sonde est placée au niveau du fœtus. L’examen échographique doit commencer par l’identification d’un repère anatomique tel que la tête, le cœur ou l’estomac du fœtus (photos 1 à 3). La sonde est ensuite déplacée progressivement par de petits mouvements de rotation du poignet au niveau de la tête et du cou (photo 4). Puis des images du cœur et de l’abdomen sont obtenues et l’insertion abdominale du cordon ombilical est visualisée. L’attention doit être portée sur la partie ventrale de l’abdomen située juste en arrière de l’insertion abdominale du cordon ombilical. Si le fœtus est un mâle, une structure hyperéchogène et bilobée (tubercule génital) en forme de “V” est observée immédiatement caudalement (photo 5). S’il s’agit d’un fœtus femelle, l’examen est poursuivi jusqu’à visualiser les membres postérieurs et la région de la queue. Une structure hyperéchogène et bilobée (tubercule génital) est visible en dessous de la queue (photo 6).

Vue en coupe frontale

Dans les différentes vues en coupe frontale du fœtus, les membres, le cordon ombilical, la queue et le tubercule génital sont observés en coupe transversale. Le cordon ombilical, la queue et les membres postérieurs doivent être identifiés sur la même image échographique. La structure hyperéchogène bilobée située entre la queue et le cordon ombilical est le tubercule génital. Celui-ci est proche et caudal au cordon ombilical chez le mâle et immédiatement cranial à la queue chez la femelle (figure 3).

Vue en coupe sagittale

Le fœtus est vu dans toute sa longueur. Les repères anatomiques sont facilement identifiables. Le même principe que celui décrit pour les deux vues précédentes est utilisé pour la détermination du sexe. Le tubercule génital est parfois visible chez le mâle (photo 7). Chez la femelle, il est rarement identifiable, se trouvant caché sous la queue.

Avantages et inconvénients

• Cette méthode ne nécessite pas de préparation particulière de la jument.

• Elle est rapide. Une personne expérimentée peut faire le diagnostic en 10 secondes à 2 à 3 minutes.

• Elle est précoce. La période optimale se situe entre 58 et 70 jours de gestation. Chez les grandes juments de selle ou les vieilles juments multipares ayant des utérus pendulaires, il est préférable de déterminer le sexe entre 58 et 65 jours. Après 65 jours, le fœtus est souvent placé trop profond dans l’utérus et la partie ventrale de l’abdomen ne peut être entièrement imagée.

• Cette méthode est précise avec un taux de succès de 99 % si la personne est expérimentée.

• Concernant la palpation transrectale, il existe toujours un risque des lacérations rectales. Chez les chevaux nerveux ou de petite taille, elle est souvent trop risquée.

Détermination du sexe en milieu de gestation

Préparation de la jument

Si possible, la jument est placée dans un travail. Ainsi, le recours aux tranquillisants est souvent évitable. La partie ventrale de l’abdomen est ensuite tondue largement, des glandes mammaires à l’appendice xiphoïde à hauteur des grassets, puis nettoyée à l’eau et à l’alcool, afin d’optimiser la qualité de l’image (photo 8). Du gel échographique est ensuite appliqué généreusement.

Matériel échographique

Comme pour la détermination échographique du sexe en début de gestation, un échographe de bonne qualité est essentiel, équipé de sondes linéaires 5 et 3,5 MHz.

Méthode

Trouver le fœtus

La sonde 5 MHz est placée en avant des mamelles à la hauteur de la ligne blanche (photo 9). Une partie du corps du fœtus ou des liquides allantoïdien et amniotique sont en général immédiatement visibles (photo 10). Si aucune de ces structures n’est observée, la sonde doit être déplacée latéralement de part et d’autre de la ligne blanche, voire dans la région inguinale pour les fœtus situés très haut dans l’abdomen.

Identifier la partie caudo-ventrale de l’abdomen

Une fois le fœtus identifié, ses côtes sont faciles à reconnaître. En coupes sagittale et frontale, elles sont de forme circulaire et hyperéchogènes (photo 11). La sonde est alors tournée de 90° afin d’obtenir des coupes transversales du corps du fœtus, puis elle est progressivement déplacée caudalement (par rapport au fœtus), l’objectif étant de localiser la partie caudo-ventrale de l’abdomen.

En région thoracique, le cœur est observé (photo 12). Plus caudalement, les poumons et le foie sont visualisés, séparés par le diaphragme, puis l’estomac rempli d’un liquide anéchogène et enfin, en région dorsale de l’abdomen, le rein gauche ou droit et la rate (photos 13 à 15). La sonde est déplacée afin d’avoir la région ventrale de l’abdomen au centre de l’image échographique (photo 16). Une coupe plus caudale permet ensuite d’imager l’insertion abdominale du cordon ombilical (photo 17). De bonnes images des gonades et de la région périnéale peuvent être obtenues en coupe frontale du fœtus.

Identification des mâles

Chez les mâles, sur la coupe transversale légèrement plus caudale à celle montrant l’insertion abdominale du cordon ombilical, le pénis et/ou le prépuce sont visualisés (photo 18). Des lignes parallèles hyperéchogènes caractéristiques sont aussi observées, et correspondent aux replis du prépuce. Le pénis est pendulaire après mouvement.

Les gonades de forme ovale et situées dans la région caudo-ventrale de l’abdomen ont toujours une échotexture homogène similaire à celle du foie fœtal (photo 19). Une ligne centrale hyper­échogène est souvent observée en mode B, qui semble correspondre au signal couleur (Doppler couleur) de la veine testiculaire [1].

Les sacs scrotaux vides et le raphé périnéal peuvent être observés sur des coupes frontales plus caudales du fœtus (photo 20).

L’identification des mâles, fondée sur la visualisation du pénis et/ou du prépuce et/ou des sacs scrotaux, peut être effectuée pendant la période de gestation de 100 à 220 jours [5, 6]. Après cette date, la partie ventrale de l’abdomen du fœtus n’est souvent plus visible de par sa taille.

Identification des femelles

Chez les femelles, sur la coupe transversale légèrement plus caudale à celle montrant l’insertion abdominale du cordon ombilical, les glandes mammaires et les tétines hyperéchogènes sont visualisées (photo 21).

Les gonades femelles ont les mêmes formes, position et taille que les gonades mâles. Cependant, de 100 à environ 133 jours de gestation, un cercle hyperéchogène est visible et caractéristique des ovaires fœtaux (photo 22). Après 135 jours, ce cercle a tendance à disparaître, la gonade fœtale femelle ne pouvant plus être distinguée de la gonade mâle. Chez les femelles, le Doppler couleur permet d’imager un cortex très vascularisé [1].

En coupe frontale caudale du fœtus, le raphé périnéal et un triangle hyperéchogène correspondant aux glandes mammaires sont visibles et contrastent avec l’image des sacs scrotaux vides des mâles (photo 23).

L’identification des femelles est fondée sur la visualisation du cercle hyperéchogène caractéristique au sein de la gonade de 100 à environ 133 jours de gestation et des glandes mammaires et tétines de 100 à environ 227 jours de gestation [5, 6]. Comme pour les mâles, le sexage est limité par la taille croissante du fœtus.

Limitations au sexage par la voie transabominale

Lorsque le fœtus est en décubitus dorsal strict, les ombres acoustiques formées par les vertèbres empêchent de visualiser sa partie ventrale. Une rotation du corps en décubitus plus latéral doit alors être attendue pour déterminer le sexe.

Si le fœtus est en présentation postérieure, l’approche transrectale est utilisée en suivant la même méthode.

Selon la taille et l’âge du fœtus, une sonde ayant une profondeur de pénétration suffisante est nécessaire. En général, la sonde linéaire 5 MHz permet le sexage jusqu’à 160 jours de gestation et la sonde 3,5 MHz jusqu’à environ 220 jours de gestation [5, 6].

Avantages et inconvénients

• La détermination du sexe en milieu de gestation a une période diagnostique optimale très large, d’environ 120 jours [5, 6]. Cela permet d’examiner les juments après le pic de la saison de monte et, si nécessaire, d’effectuer des examens multiples pour confirmer un diagnostic de présomption.

• La voie transabdominale est parfois la seule possible pour observer les fœtus de chevaux de petite taille (poney, chevaux miniatures) ou difficiles, chez lesquels la palpation transrectale est risquée, voire impossible.

• Lors de cet examen échographique, le clinicien peut, en plus de la détermination du sexe, obtenir des informations précieuses sur l’état de santé, la croissance et la présentation du fœtus.

• Cette méthode est précise avec un taux de succès de 100 % si l’examen est effectué pendant la période optimale et que les structures anatomiques sont correctement identifiées [5, 6]. Pour l’identification des ovaires fœtaux, il est très important que la jument soit examinée entre 100 et 133 jours de gestation. Après cette date, la détermination du sexe ne peut plus être fondée sur la visualisation des gonades.

Pour obtenir une bonne définition des images, il est souvent préférable de tondre la partie ventrale de l’abdomen. Un temps de préparation d’environ 10 minutes et un temps d’exécution au plus court de quelques minutes et qui varie grandement suivant la position du fœtus et l’expérience du clinicien doivent être considérés.

Certains propriétaires refusent la tonte pour des raisons esthétiques, notamment si les juments doivent être vendues. Il est possible d’obtenir une qualité d’image suffisante en imbibant les poils d’alcool avec un spray.

  • (1) Solution injectable de chlorhydrate de romifidine à 1 %, Boehringer Ingelheim.

  • (2) Solution injectable de butylbromure de scopalamine et métamizole sodique, Boehringer Ingelheim.

  • (3) Plan qui divise le corps en deux portions égales droite et gauche.

  • 1. Bucca S. Fetal gender determination from mid to advanced gestation. In: Equine Reproduction 2nd ed. Blackwell publishing Ltd. 2011;219:2094-2098.
  • 2. Curran SS, Ginther OJ. Ultrasonic diagnosis of equine fetal sex by location of the genital tubercle. J. Equine Vet. Sci. 1989;9:77-83.
  • 3. Curran SS. Diagnosis of fetal gender by ultrasonography. In: Current therapy in equine medicine. 3rd ed. WB Saunders Co., Philadelphia. 1992:660-664.
  • 4. Pasquini C. Atlas of equine anatomy. SUDZ publishing. 1991:6-7.
  • 5. Renaudin CD, Gillis CL, Tarantal AF. Trans­abdominal combined with transrectal ultrasonographic determination of equine fetal gender during midgestation. AAEP Proceedings. 1997:43:252-255.
  • 6. Renaudin CD, Gillis CL, Tarantal AF. Transabdominal ultrasonographic determination of fetal gender in the horse, during mid-gestation. Video tape 21 minutes, UC Davis School of Veterinary Medicine, office of the Dean, Academic programs. 1999.

CONFLIT D’INTÉRÊTS : AUCUN

ENCADRÉ : SEXAGE DU FŒTUS ÉQUIN SELON LE STADE DE LA GESTATION

• Technique par voie transrectale. Entre 58 et 70 jours, les mâles sont diagnostiqués par la visualisation du tubercule génital positionné en arrière de l’insertion abdominale du cordon ombilical et les femelles grâce à l’identification du tubercule génital situé sous la queue [2, 3].

• Technique par voie transabdominale. Entre 100 et 220 jours, la détermination du sexe est réalisée pour les mâles par la visualisation du pénis et du prépuce, des gonades et ou des sacs scrotaux, et, pour les femelles, par l’identification des glandes mammaires et des tétines et/ou des gonades qui ont une allure caractéristique [5, 6].

Éléments à retenir

• Pour le sexage fœtal, des conditions optimales sont nécessaires : jument dans un travail, de préférence non tranquillisée, pièce relativement sombre, échographe de bonne qualité placé à hauteur des yeux.

• Il est recommandé de s’entraîner d’abord à reconnaître les parties anatomiques du fœtus afin d’identifier l’insertion abdominale du cordon ombilical, puis de progresser caudalement et de visualiser les organes génitaux ou les glandes mammaires.

• La sonde linéaire 5 MHz permet de sexer jusqu’à 160 jours, la sonde 3,5 MHz jusqu’à 220 jours de gestation.

• Les coupes transversales du fœtus sont les plus utilisées.

Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr