Pratique vétérinaire équine_Hors Série n° 017 du 01/01/2017

Affections de la gestation

Jean-Marc Betsch

Clinique vétérinaire équine
de Méheudin
61150 Écouché

Lorsqu’une jument gestante montre des signes de colique, une torsion utérine doit être recherchée. Plusieurs options thérapeutiques sont décrites et le pronostic est bon avant les 320 jours de gestation.

Résumé

La torsion utérine est une affection rare chez la jument, qui doit toutefois être recherchée lors de colique au cours des 5 derniers mois de gestation. Les rotations sont en règle générale ante-cervicales, horaires ou antihoraires, et de plus de 180°. La palpation transrectale des deux ligaments larges anormalement tendus est l’élément diagnostique déterminant. La remise en place de l’utérus est le plus souvent effectuée par roulage ou par laparotomie par le flanc sur la jument debout avec de bons résultats, surtout avant 320 jours de gestation. En fin de gestation, lors de torsion supérieure à 360°, ou lors de suspicion de lésions digestives associées, la laparotomie médiane est la seule option. Au terme, une rotation peut être réalisée par voie vaginale transcervicale.

Summary

UTERINE TORSION IN THE MARE

Uterine torsion is a rare affection in the mare but should be ruled out as a cause of colics during the last 5 months of gestation. Most of the time rotations are cranial to the cervix, can be clockwise or anti-clockwise, are usually more than 180°. Transrectal palpation of two abnormally stretched broad ligaments is the key element for diagnosis. The uterus is usually repositioned either by rolling the mare or by standing flank laparotomy and both give good results before 320 days of gestation. Midline laparotomy is the only option in late gestation, with rotations over 360° or if additional gastro-intestinal lesions are suspected. At term, a vaginal transcervical rotation can be attempted.

Key words

torsion, uterus, mare, gestation
La torsion utérine chez la jument est une situation peu fréquente mais que nous rencontrons tous les ans, en hiver le plus souvent. Elle représente environ 5 à 10 % des urgences obstétricales, se rencontre dans toutes les races, peut-être davantage dans les races lourdes, mais apparaît bien moins fréquente que chez la vache (20 % des urgences) [3, 16, 20]. L’étude récente de Spoormakers et coll. sur 189 cas montre que cette affection touche les juments de 2 à 24 ans ...

Accès réservé
Vous avez acheté le numéro spécial cette année ?
Identifiez-vous

Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK