Pratique vétérinaire équine_Hors Série n° 017 du 01/01/2017

Anesthésie

Claire Scicluna

Clinique vétérinaire
du Plessis
Avenue Foch
60300 Chamant

Bien que l’anesthésie générale soit un acte avec un risque ajouté pendant la gestation, elle se révèle parfois indispensable. Le maintien de la perfusion sanguine et de l’oxygénation est l’élément clé à assurer.

Résumé

L’anesthésie de la jument gravide est un acte à risque qui doit être réservé aux chirurgies d’urgence vitale, soit pour la mère, soit pour le poulain, soit pour les deux. La gestation entraîne des modifications physiologiques maternelles, notamment des systèmes cardiovasculaire et respiratoire, qui ont des répercussions anesthésiques importantes. Ainsi, une hypotension et une hypoxémie sont à redouter et à prévenir, l’essentiel étant de préserver au mieux la jument des complications et de ne pas nuire à la survie du fœtus. Dans la mesure où les anesthésiques affectent inévitablement le fœtus via le placenta, les doses employées doivent être adaptées pour éviter tout surdosage et limiter les effets directs sur le fœtus, tout en permettant d’obtenir le résultat recherché chez la jument.

Summary

ANAESTHESIA IN THE PREGNANT MARE

Anaesthesia of the pregnant mare is a risky procedure that must be reserved for emergency surgeries that are vital either for the mother, for the foal, or for both. Gestation results in maternal physiological changes, particularly in the cardiovascular and respiratory systems, which have significant repercussions during anaesthesia. Hypotension and hypoxemia are of great concern and must be prevented. It is important to limit as best as possible potential complications in the mare and not to harm the survival of the foetus. Anaesthetic agents inevitably affect the foetus via the placenta, therefore the doses used must be adapted to avoid overdosing and to limit the direct effects on the foetus while at the same time achieving the desired result in the mare.

Key words

mare, gestation, anaesthesia, foetus, placenta, dystocia, caesarean section.
En raison des modifications physiologiques de la jument liées à l’état de gestation, ainsi que de la nature et des particularités des échanges placentaires avec le fœtus, la pratique de la sédation ou la mise en œuvre d’une anesthésie locale ou générale mérite d’être considérée sous un angle bénéfices/risques pour la mère, le fœtus ou les deux parties en cause, selon la situation (fiche complémentaire sur http://www.lepointveterinaire.fr). Pour des raisons de sécurité vis-à-vis d’un risque augmenté d’avortement dû à un défaut ...

Accès réservé
Vous avez acheté le numéro spécial cette année ?
Identifiez-vous

Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK