Pratique vétérinaire équine_Hors Série n° 017 du 01/01/2017

Nutrition et reproduction

Géraldine Blanchard

33, avenue de l’Île-
de-France
92160 Antony

Le suivi nutritionnel de la jument gestante est essentiel. La bonne santé de la mère et la croissance correcte du poulain sont en jeu.

Résumé

L’alimentation de la jument a des conséquences sur la reproduction, ce qui inclut la fertilité, mais aussi la santé du poulain. Il convient de veiller à la mise à disposition de fourrage (foin, enrubanné, herbe) réellement à volonté et d’ajouter en permanence une quantité minimale de concentré pour compenser les carences du fourrage (protéines, acides aminés, minéraux, vitamines et oligo-éléments), dès la mise à la reproduction. Ensuite, la quantité de concentré doit être augmentée pour maintenir un état corporel optimal. Il est possible de choisir un aliment composé (granulé ou floconné) ou une association de différents aliments (avoine, tourteau de soja, complément minéral et vitaminé) en respectant les équilibres entre les nutriments.

La prise en compte de tous les aliments consommés en plus du fourrage est essentielle.

Summary

FEEDING THE PREGNANT MARE

The nutrition of the mare has consequences on reproduction, which includes fertility, but also the health of the foal. Care must be taken to ensure that fodder (hay, silage, grass) is available at all times and that a minimum quantity of concentrate is added to compensate for deficiencies in the fodder (proteins, amino acids, minerals, vitamins and oligo-elements) as soon as the mare starts breeding. Subsequently, the amount of concentrate should be increased to maintain optimal body condition. It is possible to choose a compound feed (granulated or flaked) or a combination of different feeds (oats, soybean meal, mineral and vitamin supplements) while respecting the balance between nutrients. It is essential to take into consideration all the feed consumed in addition to fodder.

Key words

mare, gestation, nutrition, feed, ration, health
Mettre en évidence une malnutrition est toujours une gageure. Une jument est trop maigre si elle ne reçoit pas assez d’énergie, donc d’aliment (ou si elle est spoliée, par des parasites par exemple). Une jument trop grasse est trop nourrie, souvent en raison d’un apport de concentré énergétique inutile couplé à un manque d’exercice.L’énergie consommée détermine le poids et les réserves adipeuses de l’équidé. Elle doit être apportée très majoritairement par le fourrage et de manière marginale par le concentré. La ...

Accès réservé
Vous avez acheté le numéro spécial cette année ?
Identifiez-vous

Abonné à Pratique Vétérinaire Equine, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK