Quand suspecter une origine cardiaque chez un cheval malade ? Que faire ?

Julie Dauvillier | 20.12.2017 à 15:51:14 |
© J. Dauvillier

Il est fréquent de détecter un souffle ou une arythmie cardiaque lors de l’examen clinique d’un cheval malade. Il convient alors de déterminer si l’anomalie cardiaque est à l’origine des signes cliniques observés ou s’il s’agit d’une découverte fortuite. Bien que rares, les maladies cardiaques peuvent, en effet, se traduire par des signes cliniques variés et souvent peu spécifiques. Elles doivent donc être incluses dans le diagnostic différentiel. L’auscultation cardiaque permet le plus souvent de différencier un souffle ou une arythmie physiologique d’un processus pathologique et d’identifier les anomalies nécessitant une exploration plus approfondie. L’échocardiographie, l’électrocardiogramme et le dosage de la troponine I cardiaque sont les examens complémentaires de choix. Le pronostic des affections cardiaques est variable et leur identification rapide permet d’orienter le vétérinaire sur l’approche à adopter.

Julie Dauvillier
Réagir à cette actualité
Cet espace a vocation à débattre et partager vos avis sur nos contenus. En réagissant à cette actualité, vous vous engagez à respecter les conditions générales d’utilisation de Le Point Vétérinaire.fr. Tout commentaire calomnieux ou injurieux sera supprimé par la rédaction.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK