Principaux déficits neuro-ophtalmologiques chez le chien et le chat

Aure-Éline Grillot et coll. | 01.03.2018 à 12:31:49 |
© G. PAYEN
Les déficits neuro-ophtalmologiques constituent un motif de consultation peu fréquent mais néanmoins régulier des carnivores domestiques. Les principales affections rencontrées sont les anisocories, les cécités, les troubles de la motricité extrinsèque de l’œil et les strabismes. Parmi ces affections, certaines sont plus souvent rencontrées que d’autres comme le syndrome de Claude-Bernard-Horner ou les maladies dégénératives de la rétine par exemple (bien plus fréquemment observées en pratique référée). La connaissance anatomique des trajets nerveux associée à l’examen neuro-ophtalmologique permettent de localiser une lésion ou un déficit le long des voies nerveuses, visuelles et/ou pupillomotrices. Enfin, le recours à certains collyres peut compléter l’examen, et ainsi confirmer un déficit et préciser sa localisation. En dernière étape, des examens d’imagerie en coupe (examen tomodensitométrique ou d’imagerie par résonance magnétique) sont souvent indiqués pour préciser le diagnostic lésionnel.
Aure-Éline Grillot et coll.
Retrouvez toute l’actualité vétérinaire
dans notre application

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK