BÉNÉFICE/RISQUE DE LA TRINITRINE TRANSDERMIQUE CHEZ LE CHIEN ATTEINT D’ŒDÈME AIGU DU POUMON - Le Point Vétérinaire n° 449 du 01/01/2024
Le Point Vétérinaire n° 449 du 01/01/2024

PHARMACOLOGIE

Thérapeutique

Auteur(s) : Victoire Perrin*, Yassine Mallem**

Fonctions :
*Unité de pharmacologie
et toxicologie d’Oniris
101 route de Gachet
44300 Nantes

La trinitrine transdermique n’est pas couramment utilisée en pratique vétérinaire mais elle peut être prescrite occasionnellement en traitement adjuvant de l’œdème aigu du poumon d’origine cardiogénique.

Chez le chien, l’œdème aigu du poumon d’origine cardiogénique (hémodynamique) représente une urgence vitale et nécessite le plus souvent une hospitalisation (photo). Sa prise en charge médicale peut parfois faire appel à l’usage, hors autorisation de mise sur le marché, de trinitrine transdermique, souvent en association avec un diurétique majeur. Il s’agit d’un agent vasodilatateur de la classe des dérivés nitrés, donneur du monoxyde d’azote.

EFFICACITÉ CLINIQUE NON DÉMONTRÉE

La trinitrine transdermique est rarement utilisée en pratique clinique. Son efficacité pour le traitement de l’œdème aigu du poumon canin d’origine cardiogénique n’est pas encore démontrée et reste peu documentée [7, 8].

L’intérêt réside dans son action systémique rapide, même si elle doit être utilisée conjointement aux traitements habituels de l’œdème aigu du poumon, notamment les diurétiques. Cet usage combiné a rendu difficile l’évaluation de son bénéfice dans un contexte clinique. L’effet observé dans le cadre de cette affection ne peut être directement attribué à la seule action de la trinitrine, car il est bien établi que les diurétiques réduisent également l’œdème pulmonaire. En complément du traitement pharmacologique, une oxygénation et du repos sont aussi recommandés afin de limiter tout stress chez l’animal.

PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES INSUFFISAMMENT DOCUMENTÉES

1. Données pharmacodynamiques

Les propriétés pharmacologiques de la trinitrine transdermique ne sont pas établies, ou très peu, chez le chien atteint d’œdème aigu du poumon. Elles ont été étudiées chez le chien sain ou atteint de dysfonction cardiaque expérimentale [3, 5, 6]. En revanche, elles sont démontrées chez l’humain.

La trinitrine est dotée de puissantes propriétés veino-dilatatrices systémiques, avec des effets dilatateurs artériels modérés qui se traduisent notamment par une réduction de la précharge et de la postcharge (tableau) [7]. Cette action serait à l’origine d’une réduction de la pression diastolique intraventriculaire, et indirectement de l’œdème pulmonaire. Les mécanismes cellulaires en jeu impliquent la formation de guanosine monophosphate cyclique (GMPc) qui entraîne donc une relaxation des fibres musculaires lisses vasculaires, notamment veineuses [2].

2. Données pharmacocinétiques

Les informations pharmacocinétiques concernent la peau humaine, et les études cutanées chez le chien sont peu nombreuses. La trinitrine transdermique est absorbée par la peau et métabolisée rapidement dans le foie par la nitrate réductase, en métabolites mononitrés et dinitrés. La trinitrine est environ dix à quatorze fois plus puissante que ses métabolites, mais sa demi-vie est beaucoup plus courte (une à quatre minutes environ). Ainsi, ils peuvent être responsables d’une grande partie de l’effet pharmacologique grâce à leur plus longue demi-vie. La voie d’administration transdermique a une durée d’action retardée, mais prolongée avec une libération continue et contrôlée de la molécule [4].

UTILISATION PRATIQUE

1. Précautions d’emploi

Lors d’œdème aigu du poumon cardiogénique, la trinitrine transdermique ne doit pas être prescrite en première intention. Son usage, en complément d’un diurétique, peut être tenté chez des chiens n’ayant pas répondu positivement aux vasodilatateurs classiques (inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine) [4]. Elle doit être évitée en cas d’anémie sévère, d’hémorragie cérébrale, ou lors de traumatisme crânien ou d’hypotension artérielle. Il convient par conséquent de surveiller la pression artérielle des animaux pendant la durée du traitement. Son emploi est déconseillé chez la chienne gestante [7].

2. Mode d’utilisation

Le patch s’applique sur une peau tondue, au niveau du pavillon interne de l’oreille, de l’aine, de l’aisselle ou sur la muqueuse buccale [1]. Son action débute au bout d’environ une heure et dure entre deux et douze heures [1]. Le phénomène de tolérance pharmacologique doit être pris en compte en cas d’utilisation prolongée. En effet, le stock de glutathion s’épuise et la réduction de la trinitrine n’est plus assurée. Le patch ne doit donc être posé que pendant douze heures, sur les vingt-quatre préconisées [1, 7]. La dose administrée est de 5 mg par jour pour un petit chien et de 2 à 4 mg pour 5 kg de poids vif toutes les douze heures chez un grand chien. Au retrait du patch, le taux de trinitrine dans le sang devient négligeable après environ une heure [1, 2]. Dans l’urgence, il est possible d’appliquer un spray buccal de trinitrine, à l’action plus rapide que le patch, mais sans effet prolongé [2].

Références

  • 1. Andrejak J. Étude rétrospective de 50 chiens à œdème aigu du poumon d’origine cardiogénique. Thèse doctorat vétérinaire, ENV d’Alfort. 2005.
  • 2. Genestier M. Avancées thérapeutiques des dérives nitrés et donneurs de monoxyde d’azote. Thèse doctorat pharmacie, université de Lorraine. 2016:116p.
  • 3. Kanda A, Yoshida M, Kanou M et coll. Cardiovacsular effects of NT-1, a new patch form of nitroglycerin, alone and in combinantion with nifedipine in conscious dogs. J. Pharm. Pharmacol. 1995;47(12A):1021-1024.
  • 4. Maddison J, Page S, Church D. Small Animal Clinical Pharmacology, 2nd edition. Elsevier Saunders. 2008:600p.
  • 5. McKie PM, Cataliotti A, Ichiki T et coll. M-atrial natriuretic peptide and nitroglycerin in a canine model of experimental acute hypertensive heart failure: differential actions of 2 cGMP activating therapeutics. J. Am. Heart Assoc. 2014;3(1):e000206.
  • 6. Parameswaran N, Hamlin RL, Nakayama T et coll. Increased splenic capacity in response to transdermal application of nitroglycerine in the dog. J. Vet. Intern. Med. 1999;13(1):44-46.
  • 7. Plumb DC. Plumb’s Veterinary Drug Handbook, 9th edition. Wiley Blackwell. 2018:859-860.
  • 8. RCVS knowledge. Examining the use of transdermal nitroglycerin. InFocus. Improve Vet. Pract. 2018. https://www.veterinary-practice.com/article/examining-the-use-of-transdermal-nitroglycerin

Conflit d’intérêts : Aucun

CONCLUSION

Le recours à la trinitrine transdermique pour la prise en charge de l’œdème aigu du poumon canin d’origine cardiogénique n’est pas recommandé en pratique courante. Cette molécule ne doit être employée que conjointement aux traitements habituels, à base de diurétiques notamment, et lorsque la réponse aux vasodilatateurs classiques est insuffisante. Des études cliniques restent nécessaires pour évaluer l’innocuité, l’efficacité et le dosage idéal de la trinitrine transdermique pour traiter l’œdème aigu du poumon d’origine cardiogénique chez le chien.

Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr