AFFECTIONS OSTÉO-ARTICULAIRES DE L’ARTICULATION SCAPULO-HUMÉRALE CHEZ LE CHIEN ET LE CHAT - Le Point Vétérinaire n° 435 du 01/11/2022
Le Point Vétérinaire n° 435 du 01/11/2022

CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE

Article de synthèse

Auteur(s) : Thibault Godineau*, Mathieu Manassero**, Alexandre Fournet***

Fonctions :
*(DIU de cœliochirurgie, dipECVS)
Service de chirurgie, ENV d’Alfort
Centre hospitalier universitaire
vétérinaire d’Alfort
7 avenue du Général de Gaulle
94700 Maisons-Alfort
**Centre hospitalier vétérinaire Massilia
121 avenue de Saint-Julien
13012 Marseille

Les affections ostéo-articulaires de l’épaule sont des affections du développement ou traumatiques régulièrement rencontrées chez le chien et le chat. Lorsqu’elles entraînent une boiterie, un traitement chirurgical est nécessaire. Une boiterie postopératoire est parfois observée sur le long terme.

Les affections scapulo-humérales sont fréquentes en médecine vétérinaire. Elles concernent des animaux de tout âge, peuvent être d’origine traumatique ou non et se révèlent parfois difficiles à prendre en charge (encadré). Les anomalies de développement sont prédominantes chez les jeunes animaux (ostéochondrite disséquante, dysplasie glénoïde, etc.) alors que les affections musculo-tendineuses et les fractures dominent chez les animaux adultes et sportifs.

Cet article décrit les principales atteintes ostéo-articulaires scapulo­humérales et présente les données épidémiologiques, l’étiologie et les stratégies d’investigation et de traitement.

AFFECTIONS DU DÉVELOPPEMENT CARTILAGINEUX ET/OU OSSEUX

1. Ostéochondrose et ostéochondrite de la tête humérale

L’ostéochondrose est un terme désignant toute anomalie du processus d’ossification endochondrale. C’est une affection multifactorielle qui inclut plusieurs facteurs de risque tels que l’âge, le sexe, la race (génétique), une croissance rapide, des traumatismes répétés ou des excès nutritionnels [9].

Physiopathologie

Le cartilage épiphysaire du jeune, qui permet la croissance radiaire des épiphyses, comporte des vaisseaux sanguins (à la différence du cartilage articulaire, aussi bien de l’adulte que du jeune, qui est avasculaire) dont l’altération peut provoquer des foyers de nécrose, empêchant la minéralisation correcte de l’os sous-chondral lors de la croissance. Une classification fondée sur l’avancée de la maladie propose trois stades d’ostéochondrose chez l’animal : précoce, intermédiaire, terminal (tableau 1) [3]. À la faveur notamment de microtraumatismes répétés dans ces zones de fragilité, une fissuration du cartilage articulaire peut survenir, qui correspond au stade précoce de la classification des ostéochondroses. Cette fissuration, via la mise en contact de l’os sous-chondral avec le liquide articulaire, est à l’origine d’une synovite réactionnelle (stade terminal de l’ostéochondrite disséquante). Seul ce dernier stade présente des répercussions cliniques [35]. La fissuration peut entraîner la formation d’un lambeau cartilagineux qui peut devenir complètement libre (alors nommé souris articulaire) et se déplacer le plus souvent dans le cul-de-sac caudal, mais aussi parfois dans la coulisse bicipitale, engendrant une tendinite du biceps.

Bilan lésionnel

La localisation des ostéochondrites disséquantes de la tête humérale est prin­cipalement caudo-médiale ou caudo­centrale. Lorsque la souris articulaire se loge dans le cul-de-sac caudal de l’articulation, une résolution “apparente” de la boiterie peut être observée [25]. Plusieurs articulations pouvant être atteintes de manière concomitante à celle de l’épaule, une exploration des deux épaules, des coudes, des grassets et des tarses doit idéalement être conduite. En effet, les affections sont bilatérales dans 43 à 85 % des cas d’ostéochondrite disséquante de l’épaule, et 3 à 5 % des animaux atteints développent des lésions cliniques bila­térales [15, 16, 23, 34].

Diagnostic et examens complémentaires

L’ostéochondrite disséquante affecte 9 % des chiens de moins de 1 an présentés dans les centres de référés pour une anomalie orthopédique [3]. Les mâles sont plus souvent atteints que les femelles, avec une prédisposition des races de taille grande à géante ou des animaux recevant une alimentation hyperénergétique [3, 4, 10]. Les chiens sont présentés avec des antécédents de boiterie des membres antérieurs ou d’intolérance à l’effort entre 4 et 9 mois d’âge, associées ou non à une amyo­trophie de décharge des muscles de l’épaule. La radiographie est l’examen de choix, mais le lambeau (ou souris articulaire) peut ne pas être minéralisé, ce qui nécessite de réaliser une arthrographie. En cas de lésion équivoque, le scanner et l’imagerie par résonance magnétique (IRM) sont intéressants pour l’évaluation des affections ostéo-articulaires de l’épaule (tableau 2) [4, 10, 15, 34].

Choix du traitement

Lorsque l’animal présente des signes cliniques d’ostéochondrite disséquante, le traitement est uniquement chirurgical. Le traitement médical est parfois associé à des résultats décevants [3]. Cependant, si des lésions d’ostéochondrose sont découvertes fortuitement, le traitement chirurgical peut ne pas être nécessaire, bien qu’une évolution vers une ostéochondrite disséquante reste possible. Dans ces cas-là, il est préconisé de surveiller l’animal et de mettre en place un traitement médical avec comme principaux axes du repos, l’admi­nistration d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, une supplémentation en oméga 3, en chondroïtine sulfate et en glucosamine associée à un contrôle du poids et un régime alimentaire équilibré et adapté [27].

Traitement chirurgical

Le traitement chirurgical vise à supprimer la douleur et la boiterie, à obtenir la cicatrisation de la lésion et à limiter l’évolution de l’arthrose. Le premier objectif est atteint par l’élimination du fragment ostéo-cartilagineux et par un rinçage articulaire. La cicatrisation du cartilage demeure un défi, car il est rare d’obtenir la formation d’un tissu similaire à l’originel et fonctionnel. Elle est cependant obtenue par des techniques réparatrices (microfractures, curetage, forage, etc.) qui ne permettent que la mise en place d’un fibrocartilage (riche en collagène de type I, donc peu fonctionnel), ou par des techniques de restauration (transplantation ostéochondrale ou remplacement ostéochondral) [2, 3, 24].

Promouvoir la cicatrisation lésionnelle

Plusieurs techniques sont décrites pour stimuler la moelle osseuse et aboutir à la formation d’un fibrocartilage (figure 1). Toutes ont pour point commun de créer des microtraumatismes au niveau de l’os sous-chondral, responsables d’un afflux sanguin et de cellules souches mésenchymateuses [2]. Un traitement par l’arthrotomie ou l’arthroscopie peut être envisagé, sans différence quant à sa réussite à long terme, bien que les ostéo­chondrites disséquantes caudo-médiales bénéficient d’un meilleur pronostic que les caudo-centrales, en raison de l’absence de contact lors de la phase d’appui pour la zone caudo-médiale contrairement à la zone caudo­centrale [2, 3, 33]. Dans les deux options thérapeutiques, l’animal doit être laissé au repos un mois, avant un retour progressif à une activité normale [9]. En cas de défects cartilagineux caudo-centraux, des implants ostéochondraux synthétiques, en polycarbonate uréthane et titane, peuvent être utilisés (photos 1a et 1b) [24].

Choisir une voie d’abord

Le traitement chirurgical de l’ostéochondrite disséquante par l’arthrotomie est entrepris par une voie d’abord caudo-latérale mini-invasive, qui présente l’avantage d’être peu traumatisante pour l’articulation (figure 2). Néanmoins, lorsqu’une souris articulaire se loge dans la gaine tendineuse du biceps, cette voie ne permet pas son retrait. De son côté, l’arthroscopie présente l’avantage d’une meilleure visualisation de l’articulation (optique grossissante) et offre la possibilité d’extraire l’éventuelle souris articulaire quelle que soit sa localisation au sein de l’articulation (figure 3). Cependant, le traitement du défect cartilagineux via un implant ostéochondral ou synthétique n’est pas possible par l’arthroscopie.

Soins postopératoires

Qu’ils interviennent après un traitement par l’arthrotomie ou par l’arthroscopie, les soins postopératoires sont les mêmes. Il convient de laisser l’animal au repos en général pendant trois à quatre semaines, de mettre en place un traitement à base d’anti-inflammatoires non stéroïdiens et de cryothérapie, ainsi qu’une mobilisation passive de l’articulation. Au-delà du premier mois postopératoire, des séances de natation peuvent être prescrites avant un retour progressif à une activité physique normale [12, 19, 29].

Pronostic

La disparition de la boiterie est généralement attendue en trois à six semaines chez la majorité des chiens traités par l’arthroscopie, mais cela peut aller jusqu’à douze mois postopératoires selon les études [3, 5, 7, 13, 22]. La mise en place d’un greffon ostéochondral est décrite chez le chien, avec comme principale contrainte le site de prélèvement qui doit être une surface cartilagineuse non portante (lèvre trochléaire médiale du fémur). La boiterie disparaît en trois à dix-huit semaines chez 80 % des animaux traités [3].

2. Ostéochondrite de la cavité glénoïde

L’ostéochondrite de la cavité glénoïde est une affection rare, décrite chez un setter anglais de 8 mois et un bouledogue anglais de 5 mois [2, 8]. Elle reste difficile à différencier d’un kyste osseux glénoïde. Son traitement est similaire à celui d’une ostéochondrite disséquante de la tête humérale.

3. Dysplasie scapulo-humérale

La dysplasie scapulo-humérale, ou hypoplasie glénoïde, est une maladie congé­nitale qui affecte les races toys, ou celles de petit et moyen formats. Elle est diagnostiquée vers l’âge de 3 à 10 mois, sans traumatisme rapporté [28]. Cette affection est majoritairement unilatérale [17].

Signes cliniques et diagnostic

Les mécanismes de stabilité de l’articulation scapulo-humérale expliquent à la fois la luxation médiale et la nécessité d’un traitement chirurgical. La stabilité latérale de l’articulation est principalement assurée par des mécanismes dits actifs (capsule articulaire, tension musculaire), tandis que la stabilité médiale est surtout garantie par des mécanismes dits passifs (congruence de la cavité glénoïde et du labrum, capsule articulaire et ligament gléno-huméral médial). Ainsi, une hypoplasie de ces structures déséquilibre l’articulation et entraîne une luxation médiale de l’humérus. L’animal atteint peut présenter une boiterie sans appui avec le coude fléchi et en adduction, associée à une abduction de la partie distale du membre. Le diagnostic de certitude est établi par radiographie (vue cranio-caudale). Une hypoplasie ou une aplasie de la cavité glénoïde est l’anomalie la plus souvent observée, accompagnée plus rarement d’un aplatissement de la tête humérale.

Traitement chirurgical

Le traitement médical n’est pas recommandé pour cette affection. Les deux options chirurgicales à la disposition du vétérinaire sont des techniques palliatives : l’arthrodèse scapulo-humérale ou l’excision-arthroplastie de la glène (figure 4) [9]. Ces deux techniques offrent un résultat fonctionnel satisfaisant dans la majorité des cas [9, 28]. Comme l’excision d’arthroplastie est majoritairement réalisée chez des animaux de petite taille, le pronostic fonctionnel chez les races de grand gabarit n’est pas documenté.

4. Non-union du tubercule infra-glénoïdal

La non-union de l’infra-glénoïde est rapportée comme une cause de boiterie entre l’âge de 8 mois et 10 ans chez le chien de taille moyenne à grande.

Signes cliniques et diagnostic

Cette affection est le plus souvent asymptomatique, mais une douleur peut toutefois survenir lors de déplacement du fragment ostéo-cartilagineux. Le diagnostic est établi via des radiographies orthogonales, surtout grâce à la vue médio-latérale. Il est primordial d’éliminer toutes les autres causes de boiterie (ostéochondrite disséquante, tendinopathies, etc.) qui peuvent être associées à cette affection avant de la traiter [21].

Traitement médical

En cas de boiterie, un traitement médical comprenant un repos strict et l’admi­nistration d’anti-inflammatoires non stéroïdiens pendant deux semaines doit être tenté. En cas d’échec, le traitement chirurgical peut alors être envisagé.

Traitement chirurgical

Le traitement chirurgical est indiqué chez les animaux symptomatiques et il peut être réalisé par l’arthrotomie ou l’arthroscopie. Le fragment ostéo-cartilagineux doit être retiré s’il est mobile et sa zone d’insertion (lèvre glénoïde) curetée pour permettre sa cicatrisation [26]. L’arthroscopie permet d’effectuer un bilan lésionnel plus complet que l’arthrotomie. Peu de cas sont décrits et tous font état d’une résolution de la boiterie à la suite du traitement par l’arthroscopie [28].

AFFECTIONS TRAUMATIQUES OSSEUSES

Les fractures scapulaires représentent 0,5 à 2,4 % de la totalité des fractures chez le chien. Les fractures humérales, qui affectent l’articulation scapulo-humérale, ne représentent que 5 % des fractures humérales chez le chien et 2 % chez le chat [1]. Elles sont associées, dans 56 à 70 % des cas, à des lésions thoraciques (pneumothorax ou hémothorax, contusions, etc.) en raison de la proximité de l’épaule avec le tronc [30].

1. Fractures de l’articulation scapulo-humérale

Les fractures intra-articulaires sont une urgence chirurgicale. Les objectifs du traitement chirurgical sont la réduction parfaite et la fixation de la ou des fractures pour reconstruire la surface articulaire tout en préservant la vascularisation du foyer fracturaire (os et tissus mous), afin d’assurer une remobilisation rapide et sécurisée de l’épaule [14].

2. Fractures de la cavité glénoïdienne et du tubercule supra-glénoïdal

Les fractures de la tubérosité supra-glénoïdale et de la cavité glénoïde requièrent une stabilisation chirurgicale “semi-urgente” (intra-articulaire) (tableau 3). Elles représentent 28 % des fractures scapulaires chez le chien et sont principalement des fractures craniales qui incluent la tubérosité supra-glénoïdale (58 %) [6, 13]. Plus rarement, des fractures en T ou en Y (23 %) sont diagnostiquées [13]. Comme elles sont intra-articulaires, toutes ces fractures nécessitent une reconstruction anatomique. En cas de fracture comminutive ou non reconstructible, des procédures de sauvetage telles qu’une excision-arthroplastie de la glène ou une arthrodèse de l’épaule peuvent être envisagées (tableau 4).

3. Fractures épiphysaires de l’humérus proximal

Le grand tubercule et la tête humérale restent souvent soudés ensemble, occasionnant une fracture de Salter-Harris de type I. Plus rarement, des fractures de type III sont décrites [18]. Lorsqu’une fracture survient, l’about fracturaire proximal est déplacé caudalement et latéralement à la plaque de croissance en raison de la traction du muscle supra-épineux [11, 14, 30, 32]. Bien que toutes ces fractures soient associées à un bon pronostic, la boiterie postopératoire persiste néanmoins longtemps. Lors de fracture de type Salter-Harris, un traitement chirurgical est le plus souvent recommandé. Dans ce cadre, plusieurs options thérapeutiques sont à la disposition du praticien (figures 5 et 6) [31].

Références

  • 1. Bardet JF, Hohn RB, Rudy RL et coll. Fractures of the humerus in dogs and cats: a retrospective study of 130 cases. Vet. Surg. 1983;12 (2):73-77.
  • 2. Bilmont A, Mathon D, Autefage A. Arthroscopic management of osteochondrosis of the glenoid cavity in a dog. J. Am. Anim. Hosp. Assoc. 2018;54 (5):e54503.
  • 3. Breur G, Lambrechts N. Osteochondrosis. In: Veterinary Surgery Small Animal, 2nd edition. Elsevier Saunders. 2018:2600p.
  • 4. Cook JL, Cook CR. Bilateral shoulder and elbow arthroscopy in dogs with forelimb lameness: diagnostic findings and treatment outcomes. Vet. Surg. 2009;38 (2):224-232.
  • 5. Cook JL, Kuroki K, Bozynski CC et coll. Evaluation of synthetic osteochondral implants. J. Knee Surg. 2014;27 (4):295-302.
  • 6. Cook JL, Cook CR, Tomlinson JL et coll. Scapular fractures in dogs: epidemiology, classification, and concurrent injuries in 105 cases (1988-1994). J. Am. Anim. Hosp. Assoc. 1997;33 (6):528-532.
  • 7. Danielski A, Farrell M. Use of synthetic osteochondral implants to treat bilateral shoulder osteochondritis dissecans in a dog. Vet. Comp. Orthop. Traumatol. 2018;31 (5):385-389.
  • 8. De Simone A, Gernone F, Ricciardi M. Imaging diagnosis-bilateral abnormal ossification of the supraglenoid tubercle and cranial glenoid cavity in an English Setter. Vet. Radiol. Ultrasound. 2013;54 (2):159-163.
  • 9. Fossum TW. Small Animal Surgery, 4th edition. Elsevier Mosby. 2012:1640p.
  • 10. Gielen I, van Ryssen B, van Bree H. Computerized tomography compared with radiography in the diagnosis of lateral trochlear ridge talar osteochondritis dissecans in dogs. Vet. Comp. Orthop. Traumatol. 2005;18 (2):77-82.
  • 11. Harari J, Roe SC, Johnson AL et coll. Medial plating for the repair of middle and distal diaphyseal fractures of the humerus in dogs. Vet. Surg. 1986;15 (1):45-48.
  • 12. Henderson AL, Latimer C, Millis DL. Rehabilitation and physical therapy for selected orthopedic conditions in veterinary patients. Vet. Clin. North Am. Small Anim. Pract. 2015;45 (1):91-121.
  • 13. Jonhston SA. Articular fractures of the scapula in the dog: a clinical retrospective study of 26 cases. J. Am. Anim. Hosp. Assoc. 1993;29 (2):157-164.
  • 14. Johnson AL, Houlton JE, Vannini R. AO Principles of Fracture Management in the Dog and Cat, 1st edition. Thieme Publishing. 2005:552p.
  • 15. Kippenes H, Johnston G. Diagnostic imaging of osteochondrosis. Vet. Clin. North Am. Small Anim. Pract. 1998;28 (1):137-160.
  • 16. Lande R, Reese SL, Cuddy LC et coll. Prevalence of computed tomographic subchondral bone lesions in the scapulohumeral joint of 32 immature dogs with thoracic limb lameness. Vet. Radiol. Ultrasound. 2014;55 (1):23-28.
  • 17. Langley-Hobbs S. Fractures of the humerus. In: Veterinary Surgery Small Animal, 2nd edition. Elsevier Saunders. 2018:2600p.
  • 18. Lipscomb VJ. Bladder. In: Veterinary Surgery Small Animal, 2nd edition. Elsevier Saunders. 2018:2600p.
  • 19. Marcellin-Little DJ, Levine D, Canapp SO Jr. The canine shoulder: selected disorders and their management with physical therapy. Clin. Tech. Small Anim. Pract. 2007;22 (4):171-182.
  • 20. Mithoefer K, Williams RJ 3rd, Warren RF et coll. Chondral resurfacing of articular cartilage defects in the knee with the microfracture technique. Surgical technique. J. Bone Joint Surg. Am. 2006;88 (Suppl 1 Pt 2):294-304.
  • 21. Monaco T, Schwartz P. What is your diagnosis? Incomplete fusion of the accessory caudal glenoid ossification center. J. Am. Vet. Med. Assoc. 2011;239 (12):1545-1546.
  • 22. Murphy SC, Egan PM, Fitzpatrick NM. Synthetic osteochondral resurfacing for treatment of large caudocentral osteochondritis dissecans lesions of the humeral head in 24 dogs. Vet. Surg. 2019;48 (5):858-868.
  • 23. Neãas A, Dvofiák M, Zatloukal J. Incidence of osteochondrosis in dogs and its late diagnosis. Acta Vet. Brno 1999;68 (2):131-139.
  • 24. Olive M, Boyer C, Lesoeur J et coll. Preliminary evaluation of an osteochondral autograft, a prosthetic implant, and a biphasic absorbable implant for osteochondral reconstruction in a sheep model. Vet. Surg. 2020;49 (3):570-581.
  • 25. Olivieri M, Ciliberto E, Hulse DA et coll. Arthroscopic treatment of osteochondritis dissecans of the shoulder in 126 dogs. Vet. Comp. Orthop. Traumatol. 2007;20 (1):65-69.
  • 26. Olivieri M, Piras A, Marcellin-Little DJ et coll. Accessory caudal glenoid ossification centre as possible cause of lameness in nine dogs. Vet. Comp. Orthop. Traumatol. 2004;17 (3):131-135.
  • 27. Piermattei L, Flo L, DeCamp E. Handbook of Small Animal Orthopedics and Fracture Repair, 4th edition. Elsevier Saunders. 2006:832p.
  • 28. Rochat MC. The shoulder. In: Veterinary Surgery Small Animal, 2nd edition. Elsevier Saunders. 2018:2600p.
  • 29. Saunders DG, Walker JR, Levine D. Joint mobilization. Vet. Clin. North Am. Small Anim. Pract. 2005;35 (6):1287-1316, vii-viii.
  • 30. Sumner-Smith G. Observations on epiphyseal fusion of the canine appendicular skeleton. J. Small Anim. Pract. 1966;7 (4):303-311.
  • 31. Tomlinson JL. Fractures of the humerus. In: Textbook of Small Animal Surgery, 3rd edition. Saunders Elsevier. 1985.
  • 32. Turner TM. Fractures of the proximal humerus. In: AO Principles of Fracture Management in the Dog and Cat, 1st edition. Thieme Publishing. 2005:552p.
  • 33. Van Bree HJ, Van Ryssen B. Diagnostic and surgical arthroscopy in osteochondrosis lesions. Vet. Clin. North Am. Small Anim. Pract. 1998;28 (1):161-189.
  • 34. Wall CR, Cook CR, Cook JL. Diagnostic sensitivity of radiography, ultrasonography, and magnetic resonance imaging for detecting shoulder osteochondrosis/osteochondritis dissecans in dogs. Vet. Radiol. Ultrasound. 2015;56 (1):3-11.
  • 35. Ytrehus B, Grindflek E, Teige J et coll. The effect of parentage on the prevalence, severity and location of lesions of osteochondrosis in swine. J. Vet. Med. A Physiol. Pathol. Clin. Med. 2004;51 (4):188-195.

Conflit d’intérêts : Aucun

Encadré : CRITÈRES DE PRISE EN CHARGE DES AFFECTIONS OSTÉO-ARTICULAIRES

• Affections du jeune

– découverte fortuite : un traitement conservateur peut être tenté ;

– boiterie clinique : traitement chirurgical obligatoire ;

– recherche d’atteintes sur d’autres articulations.

• Affections traumatiques

– prise en charge urgente ;

– reconstruction anatomique pour restauration de la congruence articulaire ;

– éventuelle arthrodèse ou excision/arthroplastie avant l’amputation.

Points clés

• Les affections ostéo-articulaires du jeune animal résultent souvent d’anomalies du développement, dont la manifestation clinique peut être décalée dans le temps. Chez l’animal adulte et/ou sportif, elles ont fréquemment pour origine un traumatisme.

• Le traitement chirurgical d’une affection ostéo-articulaire de l’épaule affiche en général de bons résultats fonctionnels, si cette affection est traitée à temps et dans de bonnes conditions.

• L’arthroscopie se révèle intéressante à la fois en tant qu’examen complémentaire et comme traitement des affections de l’épaule.

CONCLUSION

Les affections ostéo-articulaires de l’épaule représentent un motif fréquent de boiterie, mais le diagnostic définitif peut se révéler difficile à établir lors d’une atteinte non traumatique et une démarche diagnostique raisonnée est nécessaire. Ces affections doivent le plus souvent être traitées précocement lorsqu’elles sont associées à des signes cliniques, selon des critères précis de prise en charge. Le pronostic est généralement bon, mais les boiteries peuvent perdurer plusieurs mois après la prise en charge chirurgicale. Lors d’affections traumatiques, le traitement chirurgical est urgent puisque les fractures sont intra-articulaires. Les examens complémentaires tels que la radiographie et l’arthrographie de l’épaule sont indispensables, mais l’IRM et le scanner peuvent aussi être très utiles. L’arthroscopie, tout comme l’arthrotomie, présente des avantages et des inconvénients qu’il convient de bien identifier selon les objectifs visés lors du traitement de ces affections.

Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr