Le Point Vétérinaire n° 427 du 01/03/2022

La consultation comportementale en 10 étapes 

Caroline Gilbert*, Claire Diederich**, Agnès Fabre-Deloye***


*(dipl. ECAWBM science,
ethics and law)
ENV d’Alfort
7, avenue
du Général de Gaulle
94700 Maisons-Alfort
**(dipl. ECAWBM science,
ethics and law)
Département de médecine
vétérinaire (Urvi-Narilis)
Faculté des sciences
de l’université de Namur
61, rue de Bruxelles
B-5000 Namur (Belgique)
***(dipl. ECAWBM)
ENV d’Alfort
7, avenue du Général de Gaulle
94700 Maisons-Alfort

Les chiens “susceptibles d’être dangereux” (chiens catégorisés, mordeurs de personnes ou jugés dangereux par le maire ou le préfet) sont soumis à un dispositif législatif en France. L’évaluation comportementale de ces chiens, exigée par la réglementation, en constitue l’un des pivots. Elle est réalisée lors d’une visite chez un vétérinaire évaluateur inscrit sur la liste tenue par le Conseil national de l’Ordre des vétérinaires.

Après plus de treize années de réglementation liée à l’évaluation comportementale (la dernière loi datant de 2008), qu’en est-il de la pertinence de l’évaluation comportementale pour évaluer la dangerosité des chiens ? La catégorisation est-elle une mesure adaptée pour réduire la prévalence des morsures canines ? Deux appuis scientifiques et techniques et un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), auquel les trois auteures ont participé, fait le point sur ces questions via l’analyse des données des évaluations comportementales en France ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la référence scientifique pour la formation en canine et rurale.
Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr