Le Point Vétérinaire n° 425 du 01/01/2022

DERMATOLOGIE

Dossier

Corinne Piquemal*, Elisabeth Bégon**, Flore Demay***, Sylviane Laurentie****


*Anses-ANMV
Département inspection, surveillance du marché
et pharmacovigilance
35300 Fougères

L’objectif de l’étude rétrospective menée sur cinq ans est de faire une synthèse des effets indésirables après l’utilisation des différentes substances classiquement prescrites dans la gestion des dermatites allergiques, et d’apporter une aide dans le choix raisonné et le suivi du traitement, afin de les adapter au mieux au profil de l’animal ciblé.

Résumé

Afin de mieux appréhender les événements indésirables relatifs aux médicaments utilisés dans le cadre du traitement des dermatites allergiques chez le chien et le chat, une étude rétrospective portant sur les principales familles de substances actuellement recommandées (lokivetmab, oclacitinib, glucocorticoïdes, ciclosporine) a été réalisée à partir des cas déclarés en France sur une période de cinq ans. L’analyse des profils d’effets indésirables obtenus à l’issue de cette étude a permis de mettre en évidence certaines tendances. Des symptômes généraux et digestifs sont dans l’ensemble régulièrement rapportés, que ce soit pour le lokivetmab, l’oclacitinib, ou la ciclosporine. Des signes neurologiques sont également mentionnés. Quant aux délais d’apparition, la majeure partie des effets indésirables sont décrits au cours des quinze premiers jours de traitement (lokivetmab, oclacitinib), voire les cinq premiers jours (ciclosporine chez le chat), mais certains peuvent apparaître plus de six mois après la première administration du médicament. Les effets indésirables sont globalement rares et en majorité sans caractère de gravité. Malgré tout, pour chaque molécule, certaines spécificités sont ressorties et les effets indésirables graves demeurent possibles. L’usage de ces médicaments doit donc être associé à une surveillance régulière de l’animal traité. Les données de cette étude visent à informer les praticiens des effets indésirables régulièrement rapportés à la suite de l’administration de médicaments aujourd’hui couramment utilisés pour le traitement des allergies canines et félines, et à permettre au prescripteur de choisir le traitement le plus adapté.

Summary

TREATMENT AND REPORTED SIDE EFFECTS FOR CANINE AND FELINE ALLERGIC DERMATITIS: A 5-YEAR RETROSPECTIVE REVIEW

A retrospective study of the main groups of substances currently recommended (lokivetmab, oclacitinib, glucocorticoids, ciclosporin) for use in the treatment of allergic dermatitis in dogs and cats was carried out on the basis of cases reported in France over a 5-year period in order to better understand the adverse events related to the drugs used. The analysis of the adverse reaction profiles obtained from this study has enabled certain trends to be identified. General and digestive symptoms were regularly reported for lokivetmab, oclacitinib and ciclosporin. Neurological symptoms were also mentioned. In terms of time of onset, the majority of adverse events were described within the first 15 days of treatment (lokivetmab, oclacitinib) or even within the first 5 days (cyclosporine in cats), but some may appear more than 6 months after the first administration of the drug. Adverse reactions are rare overall and mostly not serious. Nevertheless, certain characteristics for each drug group have emerged and serious adverse effects are still possible. Regular monitoring of animal of under treatment is therefore recommended. The data from this study are intended to inform practitioners of the adverse effects regularly reported following the administration of drugs now commonly used for the treatment of canine and feline allergies, and to enable the prescriber to choose the most appropriate treatment.

Key words

PHARMACOVIGILANCE, ALLERGIC DERMATITIS, LOKIVETMAB, CICLOSPORIN, OCLACITINIB
La dermatite allergique, qui englobe l’allergie aux piqûres de puces, les allergies alimentaires et l’atopie, est une maladie chronique caractérisée par un prurit susceptible d’altérer fortement le confort de vie de l’animal (photo 1). Des traitements permettent de stabiliser l’expression clinique de cette affection, qui touche aussi bien les chiens que les chats (photo 2). Actuellement, le lokivetmab, l’oclacitinib, la ciclosporine et les glucocorticoïdes sont principalement prescrits dans ce cadre. Cependant, comme pour tous les médicaments, leur usage peut être ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la référence scientifique pour la formation en canine et rurale.
Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr