Le Point Vétérinaire n° 425 du 01/01/2022

BIODIVERSITÉ

Éthique

Manon Moullec*, Denise Remy**


*VetAgro Sup
Campus vétérinaire de Lyon
1, avenue Bourgelat
69280 Marcy-l’Étoile

Le vétérinaire, de par ses compétences et ses connaissances en matière de santé, constitue « un acteur engagé et regardé de la société » [4]. Dès lors, il se doit d’avoir des repères éthiques et des avis éclairés concernant les enjeux sociétaux actuels. Dans les prochaines années, le comité d’éthique Animal, Environnement, Santé, régulièrement saisi par le Conseil national de l’Ordre des vétérinaires, a prévu d’étudier les questions liées à la faune sauvage et au biotope.

Comme nous l’avons montré dans les deux précédents articles(1), la crise sanitaire actuelle, associée au déclin majeur de la biodiversité, invite à s’interroger sur la place de la faune sauvage dans nos sociétés occidentales et l’attitude que ces dernières adoptent vis-à-vis de cette problématique. Nos recherches bibliographiques ont mis en lumière un comportement paradoxal des sociétés occidentales [14]. D’une part, celles-ci suivent un modèle de développement socioéconomique qui impacte fortement l’environnement, ce qui les rend en partie responsables de la ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la référence scientifique pour la formation en canine et rurale.
Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr