Le Point Vétérinaire n° 424 du 01/12/2021

BIODIVERSITÉ

Éthique

Manon Moullec*, Denise Remy**


*VetAgro Sup
Campus vétérinaire de Lyon
1, avenue Bourgelat
69280 Marcy-l’Étoile

Le précédent article (1) a évoqué la crise d’extinction massive dont est victime la faune sauvage. En tant qu’expert des maladies animales, le vétérinaire doit connaître les conséquences de cette défaunation sur la santé globale.

Le 17 février 2021, le vétérinaire Thierry Lefrançois a été nommé au conseil scientifique Covid-19 [12]. La profession vétérinaire œuvre effectivement à l’interface des santés humaine et animale et nos confrères ont vraisemblablement tous été soulagés de constater que les pouvoirs publics en prenaient conscience. En effet, 58 % des agents pathogènes qui affectent les populations humaines sont zoonoti ques (c’est-à-dire naturellement transmissibles depuis les animaux vertébrés vers l’espèce humaine et vice versa) et 75 % des maladies émergentes (dont l’agent pathogène responsable ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la référence scientifique pour la formation en canine et rurale.
Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr