Le Point Vétérinaire n° 423 du 01/11/2021

CHIRURGIE ONCOLOGIQUE

Chirurgie oncologique

Guillaume Ragetly*, Céline Molle**


*Centre hospitalier vétérinaire Frégis
43, avenue Aristide-Briand
94110 Arcueil
**TheraVet
32/1, avenue Jean Mermoz
B-6041 Gosselies (Belgique)

Face à un ostéosarcome du radius chez un chien, une chirurgie conservatrice (limb-sparing) peut être indiquée, associée à des traitements anticancéreux adjuvants. L’utilisation complémentaire d’un ciment phosphocalcique biocompatible se révèle être un outil d’avenir.

Résumé

Un chien lévrier irlandais, âgé de 5,5 ans, est présenté en consultation pour une boiterie du membre thoracique gauche. L’examen orthopédique et le bilan radiologique révèlent la présence d’un ostéosarcome à l’extrémité distale du radius. En l’absence de métastase identifiable et d’affection orthopédique ou neurologique concomitante, une prise en charge chirurgicale est réalisée grâce à la pose d’une endoprothèse couplée à l’utilisation d’un nouveau substitut osseux. Son association avec un traitement par chimiothérapie a permis une amélioration rapide et durable de la qualité de vie de l’animal.

Summary

AN OSTEOSARCOMA OF THE RADIUS TREATED WITH A STENT ASSOCIATED WITH A TRICALCIUM PHOSPHATE CEMENT

A 5.5-year-old Irish Wolfhound is presented for consultation with a lameness. The orthopedic examination and the radiological assessment suggest the presence of an osteosarcoma on the distal part of the radius. In the absence of metastasis and concomitant orthopedic or neurological disease, limb-sparing surgical procedure associated with the use of a new bone substitute was performed. The combination with chemotherapy treatment allowed a rapid and lasting improvement in the quality of life of the animal.

Key words

LIMB-SPARING, NEW BONE SUBSTITUTE, OSTEOSARCOMA, DOG
L’ostéosarcome est le cancer primitif osseux le plus fréquent chez le chien. Il représente environ 85 % de tous les cancers primitifs de l’os canins. Cette tumeur nécessite une prise en charge précoce pour soulager la douleur, ralentir le développement métastatique et réduire les risques de complications telles que la survenue d’une fracture pathologique. Il s’agit d’une tumeur maligne principalement localisée sur les os longs. Bien que l’amputation soit souvent le traitement privilégié pour limiter la dissémination métastatique et réduire la ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la référence scientifique pour la formation en canine et rurale.
Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr