PRISE EN CHARGE DE L’ANIMAL POLYTRAUMATISÉ - Le Point Vétérinaire n° 422 du 01/10/2021
Le Point Vétérinaire n° 422 du 01/10/2021

FICHE DE SYNTHÈSE

Dossier

ADMISSION DE L’ANIMAL POLYTRAUMATISÉ

Adrianna Speroni et Maxime Cambournac

→ La diversité des situations rencontrées chez l’animal traumatisé requiert une prise en charge protocolisée.

→ L’évaluation clinique et le traitement suivent un même ordre de priorité et concernent les fonctions vitales.

→ Ils sont souvent réalisés quasiment simultanément afin de permettre la prise en charge la plus rapide possible.

→ Les réévaluations clinique et paraclinique (suivi de la pression artérielle et de la lactatémie notamment) doivent être fréquentes et systématiques après la mise en place de chaque nouvelle mesure de réanimation, afin d’en mesurer l’efficacité.

EXAMENS COMPLÉMENTAIRES D’IMAGERIE RÉALISÉS CHEZ L’ANIMAL POLYTRAUMATISÉ

Adrianna Speroni et Maxime Cambournac

→ Les échographies ciblées au chevet de l’animal sont indispensables afin d’orienter la prise en charge thérapeutique sans compromettre la stabilisation hémodynamique et respiratoire.

→ Elles permettent de répondre à des questions binaires : présence ou absence d’épanchement, existence ou non de lésions pulmonaires.

→ Elles sont plus sensibles que la radiographie pour la détection des épanchements et des contusions pulmonaires et permettent donc de guider plus précocement la prise en charge thérapeutique.

→ La répétabilité de ces examens et l’existence de scores semi-quantitatifs permettent le suivi de ces lésions.

→ La radiographie ou les examens d’imagerie en coupe sont indiqués après la stabilisation initiale, afin de dresser un bilan lésionnel complet et d’orienter la prise en charge chirurgicale dans certains cas.

PRISE EN CHARGE SPÉCIFIQUE DE L’ANIMAL POLYTRAUMATISÉ

Maxime Cambournac

→ L’animal polytraumatisé doit être perfusé, plutôt avec du Ringer lactate, et si besoin transfusé avec des produits sanguins.

→ Les plaies doivent être tondues, nettoyées, désinfectées et protégées par un pansement stérile.

→ Les fractures doivent être immobilisées, en incluant l’articulation au-dessus et au-dessous du site de fracture.

→ L’utilisation systématique d’antibiotiques est à proscrire.

Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr