DYSPNÉE ET CARDIOMÉGALIE CHEZ UN CHAT - Le Point Vétérinaire n° 417 du 01/05/2021
Le Point Vétérinaire n° 417 du 01/05/2021

CARDIOLOGIE

Médecine féline

Auteur(s) : Yassine Ben Abdennebi

Fonctions : Clinique HOPia
14, boulevard des Chênes
78280 Guyancourt

Le cor triatriatum sinister s’apparente à la sténose mitrale supravalvulaire. Comme une membrane anormale sépare l’oreillette gauche en deux cavités, il convient d’identifier la position exacte de celle-ci pour différencier les deux maladies. La prise en charge est cependant similaire.

Un chat européen mâle castré, âgé de 2 ans, est présenté en consultation pour l’apparition progressive sur deux semaines d’une dyspnée associée à une perte d’appétit. L’animal vit avec plusieurs congénères asymptomatiques (dont plusieurs de sa portée) et n’a d’autre antécédent médical que des urolithiases vésicales traitées par un régime alimentaire acidifiant.

DIAGNOSTIC

À l’examen clinique, l’animal est abattu. Les muqueuses sont roses et humides et le temps de remplissage capillaire est de 2 secondes. Le chat est dyspnéique et présente une respiration discordante.

L’auscultation cardiaque révèle un souffle systolique parasternal gauche d’intensité 3 sur 6. Une fréquence cardiaque élevée (205 battements par minute), associée à un rythme régulier, et à un pouls net et synchrone sont notés.

L’animal est sédaté à l’aide de butorphanol (à la dose de 0,4 mg/kg par voie intramusculaire) et placé sous masque à oxygène. Un examen échographique permet de visualiser de nombreuses lignes B, dans l’ensemble du champ pulmonaire, marquant une infiltration liquidienne des alvéoles. Un œdème pulmonaire cardiogénique est suspecté, malgré le jeune âge de l’animal.

L’examen radiographique thoracique montre une cardiomégalie, associée à une opacification diffuse du champ pulmonaire et à une dilatation des vaisseaux pulmonaires.

Une échocardiographie en mode bidimensionnel met en évidence une dilatation du ventricule et de l’oreillette gauches (rapport atrium gauche/aorte égal à 2,3). Cette dernière est divisée en deux cavités par une fine membrane (photos 1 et 2). Un flux turbulent est observé au Doppler couleur au travers de cette membrane, depuis la cavité proximale jusqu’à la distale. Un volumineux thrombus adhérent au septum interatrial est présent dans la partie distale de l’oreillette gauche (1 cm). Le cœur droit est dilaté (tronc pulmonaire, ventricule droit), mais aucun signe de décompensation n’est mis en évidence. Une insuffisance cardiaque congestive gauche, consécutive à la présence d’un cor triatriatum sinister, est fortement suspectée. L’existence d’une autre cardiopathie congénitale concomitante, et notamment d’un shunt gauche-droite, n’est pas exclue, le volumineux thrombus limitant l’exploration du septum interatrial.

Une hospitalisation est proposée, mais refusée par les propriétaires. L’animal est placé sous diurétiques (torasémide à la dose de 0,34 mg/kg per os une fois par jour) et anticoagulant (clopidogrel à raison de 18,75 mg per os une fois par jour). Un mois plus tard, à la suite d’une récidive des signes cliniques, une euthanasie est décidée en accord avec les propriétaires.

DISCUSSION

Le cor triatriatum est l’une des malformations congénitales les plus rares chez l’homme et l’animal [1]. Il est le résultat d’un défaut de développement embryologique du système veineux pulmonaire, à l’origine d’une membrane fibromusculaire au sein d’une oreillette, ce qui crée une obstruction au flux de remplissage.

À l’inverse du chien, chez lequel le cor triatriatum est majoritairement observé à droite (dexter), cette malformation affecte préférentiellement l’oreillette gauche (sinister) chez le chat. Cette dernière est ainsi divisée en deux chambres, l’une proximale à haute pression, recevant les veines pulmonaires, l’autre distale à basse pression, en relation avec la valve mitrale [1, 2]. Il convient de rester prudent quant à l’établissement d’un diagnostic précis, car le cor triatriatum sinister se rapproche fortement d’une autre malformation congénitale plus fréquente, la sténose mitrale supravalvulaire. Pour chacune d’elles, une membrane anormale sépare l’oreillette gauche en deux cavités. La différence entre les deux réside dans la position de l’auricule gauche vis-à-vis de cette membrane, l’auricule étant incluse dans la chambre distale lors de cor triatriatum sinister, dans la proximale lors de sténose mitrale supravalvulaire [3, 4].

Dans notre cas, la présence de l’œdème pulmonaire a limité la possibilité d’exploration échocardiographique et l’examen nécropsique, qui aurait permis d’identifier la position exacte de l’auricule gauche par rapport à la membrane et ainsi d’établir le diagnostic de certitude, a été refusé par les propriétaires.

Les chats atteints de cor triatriatum sinister (ou de sténose mitrale supravalvulaire) présentent majoritairement des signes cliniques en faveur d’une insuffisance cardiaque congestive gauche, mais peuvent également décompenser à droite. L’insuffisance cardiaque congestive gauche chez un jeune chat n’est pas pathognomonique du c or triatriatum sinister et seule l’échocardiographie permet d’établir le diagnostic. Cette dernière met alors en évidence une éventuelle cardiopathie congénitale concomitante, fréquemment observée [2].

Le traitement médical consiste en la gestion de l’insuffisance cardiaque et des éventuels troubles du rythme associés. Les diurétiques sont utilisés en première intention.

La prise en charge chirurgicale, décrite chez l’homme et de manière isolée chez le chat, a pour objectif de restaurer un flux de remplissage laminaire. L’intervention peut être réalisée à cœur fermé, en dilatant l’orifice de la membrane via des ballonnets intravasculaires, ou à cœur ouvert, sous une circulation extracorporelle, en retirant l’intégralité de la membrane [1, 3].

Même si seuls quelques rares cas sont décrits, le pronostic semble dépendre de la sévérité de l’obstruction du flux sanguin. Il apparaît néanmoins globalement mauvais. L’association d’une autre cardiopathie congénitale assombrit le pronostic [2].

Références

  • 1. Borenstein N, Gouni V, Behr L et coll. Surgical treatment of cor triatriatum sinister in a cat under cardiopulmonary bypass. Vet. Surg. 2015;44:964-969.
  • 2. Nakao S, Tanaka R, Hamabe L et coll. Cor triatriatum sinister with incomplete atrioventricular septal defect in a cat. J. Feline Med. Surg. 2011;13:463-466.
  • 3. Stern JA, Tou SP, Barker PC et coll. Hybrid cutting balloon dilatation for treatment of cor triatriatum sinister in a cat. J. Vet. Cardiol. 2013;15:205-210.
  • 4. Fine DM, Tobias AH and Jacob KA. Supravalvular mitral stenosis in a cat. J. Am. Anim. Hosp. Assoc. 2002;38:403-406.

Conflit d’intérêts : Aucun

CONCLUSION

Le cor triatriatum est une malformation congénitale rare. Elle provoque une décompensation cardiaque gauche par l’obstruction du flux de remplissage de l’oreillette gauche, souvent au cours des premiers mois ou années de vie de l’animal. Le pronostic est généralement défavorable.

Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr