SOUFFLE CARDIAQUE CHEZ UN JEUNE CHIEN - Le Point Vétérinaire n° 416 du 01/04/2021
Le Point Vétérinaire n° 416 du 01/04/2021

CARDIOLOGIE APPLIQUÉE

Quel est votre diagnostic ?

Auteur(s) : Alexis Bertrand*, Anne Daudin**, Yves Legrand***

Fonctions :
*Clinique Benjamin-Franklin
38, rue du Danemark
56400 Brech
alexisbertrand@hotmail.fr
**Clinique Saint-Michel
9, avenue Rahic
56340 Carnac

PRÉSENTATION CLINIQUE

Un chien croisé fox terrier âgé de 1 an, adopté depuis une semaine, est référé pour une échocardiographie. Il réside en Bretagne et est correctement vacciné et vermifugé. L’animal est en bonne forme et ne présente pas de signes cliniques. Aucun trouble n’est rapporté par les propriétaires précédents. Un souffle cardiaque systolique apical gauche, d’intensité 4 à 5 sur 6, a été détecté lors d’une consultation de routine. Une échocardiographie est réalisée afin d’explorer son origine (photos 1).

Qualité des images échographiques

→ Les images sont de bonne qualité, la définition et le gain permettent de distinguer nettement les différentes structures.

Description de l’image échographique

→ Une dilatation atriale gauche très marquée est mise en évidence (rapport atrium gauche/aorte de 6), avec une dilatation ventriculaire gauche modérée en diastole. La valve mitrale présente un aspect anormal. Ses feuillets sont épais et irréguliers, les cordages sont courts et, lors de la diastole, elle ne s’ouvre que très modérément, les valvules continuant de se faire face et l’ouverture présentant un aspect “en dôme” (vidéo 1 en ligne sur lepointveterinaire.fr). Le mode Doppler révèle un flux mitral diastolique à la vélocité anormalement élevée (2,4 m/s) et de très longue durée (temps de demi-pression supérieur à 400 ms) (vidéo 2). Un important reflux mitral, de cartographie 3, est également noté (photo 2). Un reflux tricuspidien est présent, de haute vélocité (3,23 m/s, 41,7 mmHg).

Interprétation

→ Les images échographiques sont compatibles avec une dysplasie de la valve, entraînant une sténose mitrale importante associée à une insuffisance valvulaire marquée, comme en témoigne l’aspect “en dôme” de la valve ouverte.

Ces anomalies ont entraîné une dilatation atriale gauche sévère, avec un reflux notable. Un reflux tricuspidien est également mis en évidence, ce qui traduit l’existence d’une hypertension pulmonaire systolique modérée.

Références

  • 1. Arndt JW, Oyama MA. Balloon valvuloplasty of congenital mitral stenosis. J. Vet. Cardiol. 2013;15:147-151.
  • 2. Boon JA. Veterinary Echocardiography. 2nd edition, Ames, Wiley-Blackwell. 2011:477-525.
  • 3. Lemkuhl LB, Ware WA, Bonagura JD. Mitral stenosis in 15 dogs. J. Vet. Intern. Med. 1994;8:2-17.

Conflit d’intérêts : Aucun

DISCUSSION

La sténose mitrale est une anomalie congénitale rare chez le chien et le chat, à l’origine d’une obstruction au remplissage diastolique du ventricule gauche. Les races bull terrier et terre-neuve semblent prédisposées [2, 3]. Un souffle diastolique n’est pas toujours présent. Dans le cas présenté, c’est vraisemblablement l’insuffisance mitrale qui est audible et non la sténose. Elle entraîne fréquemment une insuffisance cardiaque congestive, et peut aussi être associée à des troubles du rythme. Hormis les cas où la malformation est minime, le pronostic est globalement mauvais [3]. D’autres malformations peuvent lui être associées, notamment une sténose aortique ou pulmonaire et la persistance du canal artériel [2, 3].

L’aspect “en dôme” de la valve ouverte est une caractéristique échocardiographique de cette maladie. Cependant, différentes morphologies sont possibles, montrant une malformation des feuillets mitraux et/ou la présence d’un anneau supravalvulaire qui restreint le flux mitral [2].

La sévérité des sténoses mitrales est corrélée au temps de demi-pression du flux mitral, c’est-à-dire au temps que met le gradient de pression du flux pour diminuer de moitié. Plus ce temps est allongé, plus les pressions atriale gauche et ventriculaire gauche mettent du temps à s’équilibrer au cours de la diastole, donc plus sévère est la sténose. Le temps de demi-pression normal chez le chien est inférieur à 50 ms [2]. L’existence d’une insuffisance aortique associée peut fausser l’évaluation de la sténose mitrale, en entraînant une augmentation plus rapide de la pression ventriculaire gauche en diastole (due à l’association du reflux aortique et du flux mitral), ce qui raccourcit le temps de demi-pression.

Une dilatation par ballonnet de la lésion est envisageable et déjà décrite chez le chien. Elle permet de réduire le degré de sténose, sans nécessairement aggraver l’insuffisance qui en découle. La valvuloplastie est le traitement de choix chez l’homme [1, 3].

Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr