Le Point Vétérinaire n° 415 du 01/03/2021

UROLOGIE CANINE ET FÉLINE

Dossier

Camille Houée*, Tarek Bouzouraa**


*(DE médecine interne et soins intensifs)
**(dipl. Ecvim-CA internal medicine)
Service de médecine interne
Clinique Armonia
37, rue Serge Mauroit
38090 Villefontaine

Lors de pyélonéphrite chez le chien et le chat et de prostatites chez le chien, une antibiothérapie raisonnée et un choix précis des traitements complémentaires, médicaux ou chirurgicaux, sont nécessaires.

Résumé

Contrairement aux cystites bactériennes pour lesquelles la morbidité est faible, les prostatites et les pyélonéphrites peuvent engager le pronostic vital de l’animal. L’antibiothérapie tient une place centrale dans le traitement de ces affections et présente des spécificités liées aux organes touchés qui doivent être connues du praticien, afin de garantir la guérison de l’animal. Cependant, ce traitement antibiotique seul est souvent insuffisant s’il n’est pas accompagné d’autres mesures thérapeutiques (hospitalisation et fluidothérapie).

Summary

THERAPEUTIC MANAGEMENT OF CANINE PROSTATITIS AND PYELONEPHRITIS IN DOGS AND CATS

Morbidity for bacterial cystitis is low, however cases of prostatitis and pyelonephritis can be lifethreatening. Antibiotic therapy plays a central role in the treatment of these conditions.

It is important for the practitioner to be aware of the characteristics of the antibiotic used, which depend on the organs affected, in order to guarantee the animal’s recovery. However, antibiotic treatment alone may not be sufficient unless other therapeutic measures such as hospitalisation and fluid therapy are provided.

Key words

PYELONEPHRITIS, PROSTATITIS, URINARY INFECTION, ANTIBIOTIC THERAPY
De nombreuses familles d’antibiotiques peuvent être utilisées en cas d’infections urinaires basses. Cependant, lors de pyélonéphrite et de prostatite, les propriétés physiologiques du tissu atteint conditionnent le choix des molécules. Le praticien doit tenir compte de ces particularités, mais veiller également à ne pas oublier les traitements complémentaires (chirurgicaux ou médicaux) nécessaires à la prise en charge. 1. PRISE EN CHARGE DES PYÉLONÉPHRITES Compte tenu de la difficulté à établir un diagnostic de certitude, l’incidence de la pyélonéphrite chez le chat et ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la référence scientifique pour la formation en canine et rurale.
Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr