Le Point Vétérinaire n° 413 du 01/01/2021

TOXICOLOGIE

Étude

Jacques Bietrix*, Meg-Anne Moriceau**, Sylviane Laurentie***


*Département pharmacovigilance
de l’Anses-ANMV
14, rue Claude Bourgelat
35300 Fougères
pharmacovigilance@anses.fr

Prescrire en toute sécurité est une loi d’airain en médecine. Elle impose de connaître le produit jusque dans ses effets indésirables qui doivent être évalués régulièrement, même si la molécule est ancienne.

Résumé

La neurotoxicité du métronidazole est rapportée chez l’homme et l’animal depuis les années 1980. Chez le chien, des atteintes cérébelleuses ou vestibulaires centrales sont généralement décrites. Jusqu’à présent, des doses élevées de métronidazole étaient généralement incriminées, mais une étude récente fait état d’effets indésirables nerveux dès la posologie de 26 mg/kg par jour. L’analyse des données de la pharmacovigilance corrobore les résultats de cette étude, en évoquant un risque lié à une utilisation prolongée du médicament, même à dose réduite. Des précautions particulières d’emploi sont donc nécessaires pour limiter le risque d’apparition de ces effets idésirables.

Summary

NEUROTOXICITY INDUCED BY METRONIDAZOLE IN DOGS

Neurotoxicity caused by metronidazole has been reported in humans and animals since the 1980s. Cerebellar or central vestibular damage is generally reported in dogs. Until now, only high doses of metronidazole were generally thought to cause adverse effects. A recent study reports nervous adverse effects at a dosage as low as 26 mg/kg per day. Analysis of pharmacovigilance data supports the results of this study, suggesting a risk associated with prolonged use of the drug, even at reduced doses. Special precautions in the use of metronidazole are therefore necessary to limit the risk of occurrence of these adverse effects.

Key words

METRONIDAZOLE, NEUROTOXICITY, ADVERSE EFFECTS, DOG
La surveillance des médicaments vétérinaires repose principalement sur la pharmacovigilance, via les déclarations spontanées d’effets indésirables par les acteurs du terrain. Toutefois, il existe d’autres sources d’information intéressantes, notamment les publications scientifiques qui font régulièrement état de nouvelles connaissances en termes d’efficacité, de mécanisme d’action, d’effets secondaires ou toxiques des médicaments vétérinaires (ou des substances actives qu’ils contiennent). Ces données, souvent complémentaires de celles qui remontent du circuit de déclaration des effets indésirables, peuvent permettre de mieux comprendre certains événements ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la référence scientifique pour la formation en canine et rurale.
Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK