INTRODUCTION AUX ANÉMIES : QUELQUES RAPPELS - Le Point Vétérinaire n° 409 du 01/09/2020
Le Point Vétérinaire n° 409 du 01/09/2020

HÉMATOLOGIE CANINE ET FÉLINE

Dossier

Auteur(s) : Tarek Bouzouraa

Fonctions : (Dipl. Ecvim-CA internal medicine)
Unité de médecine interne
Clinique Armonia
37, rue Serge Mauroit
38090 Villefontaine

Cette fiche regroupe des définitions et rappelle le fonctionnement de la moelle osseuse hématopoïétique.

En introduction au dossier sur les anémies, il paraît important de définir les termes les plus couramment employés en hématologie vétérinaire, et de revenir sur les mécanismes des voies synthétiques des lignées myéloïde, érythroïde et thrombocytaire. Le praticien peut ainsi se référer à ce document durant sa lecture.

1. DÉFINITIONS EN HÉMATOLOGIE VÉTéRINAIRE

BICYTOPÉNIE : présence d’une cytopénie sur deux lignées sanguines (anémie et thrombopénie, leuco­pénie et thrombopénie ou anémie et leucopénie).

CARENCE MARTIALE : carence en fer.

COURBE D’ARNETH : modèle d’appréciation du profil d’une population granulocytaire. Elle est habituelle lorsque les granulocytes neutrophiles sont principalement représentés par des formes matures (segmentées) avec de rares formes juvéniles (hyposegmentées). Elle est déviée à gauche lorsque les formes immatures sont relarguées depuis la moelle osseuse, témoignant d’un processus inflammatoire ou infectieux aigu et/ou actif, et déviée à droite quand les formes très matures (hypersegmentées) sont majoritaires (généralement lors de phénomène suppuratif ancien).

CYTOPÉNIE : diminution du nombre de cellules d’une lignée (anémie, leucopénie ou thrombopénie).

DYSERYTHROPOÏÈSE : défaut qualitatif de la maturation médullaire des précurseurs des hématies.

ÉRYTHROBLASTES : précurseurs nucléés des hématies habituellement absents du frottis sanguin.

ÉRYTHROBLASTOSE : accumulation pathologique sanguine d’érythroblastes témoignant d’une régénération marquée, pathologique, ou d’une dysérythropoïèse.

HÉMOPATHIES MALIGNES : néoplasies à départ hémo-lymphopoïétique regroupant essentiellement les lymphomes et les leucémies. Elles sont classées selon les lignées concernées en tumeurs myéloïdes, lymphoïdes et des cellules histiocytaires/dendritiques, mais également suivant le stade de différenciation de la cellule originelle (précurseur ou cellule mature) :

• hémopathies myéloïdes : leucémies aiguës myéloïdes (précurseurs), syndromes myéloprolifératifs et myélodysplasiques ;

• hémopathies lymphoïdes : leucémies aiguës/lymphomes lymphoblastiques (précurseurs) et lymphomes ou leucémies (cellules matures).

HYPOCHROMIE : diminution de la concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine. Macrocytose : présence d’hématies de grande taille, induisant une augmentation du volume globulaire moyen (VGM).

MICROCYTOSE : présence d’hématies de petite taille, induisant une diminution du VGM.

MONOCYTOSE : majoration du contingent de monocytes (leucocytes mononucléés de grande taille) évoquant majoritairement un processus inflammatoire ou infectieux chronique.

PANCYTOPÉNIE : présence d’une cytopénie sur les trois lignées sanguines (érythroïde, myéloïde et mégacaryocytaire).

POLYCHROMATOPHILIE : présence de polychromatophiles ou de jeunes hématies dans le frottis sanguin, de grande taille et de teinte bleutée. La polychromato­philie témoigne d’une érythropoïèse active.

RÉTICULOCYTES : précurseurs érythroïdes terminaux (érythrocytes immatures) contenant encore des organites cytoplasmiques et du matériel génétique résiduel (ARN). Il en existerait deux populations d’un point de vue cinétique : les réticulocytes immatures quasi immédiatement largués par la moelle osseuse hématopoïétique lors d’hémolyse ou d’hémorragie, et les réticulocytes matures largués après deux à cinq jours [1, 2]. Ces deux populations ne se distinguent pas d’un point de vue cytologique et n’ont pas d’implication directe sur le mode de comptage réticulocytaire.

RÉTICULOCYTOSE : elle exprime le nombre de réticulocytes dans le sang circulant et permet d’apprécier le caractère régénératif d’une anémie.

SPHÉROCYTES : hématies qui ont perdu leur aspect biconcave, avec une épaisseur homogène entre le centre et les extrémités. Observés lors d’anémie à médiation immune, ils présentent un faible diamètre et n’ont pas de pâleur centrale. Leur volume est généralement normal. Sphérocytose : accumulation pathologique de sphérocytes dans le frottis sanguin presque exclusivement visualisable chez le chien.

SYNDROMES MYÉLODYSPLASIQUES : affections primitives clonales d’une cellule souche myéloïde (non lymphoïde) de la moelle osseuse hématopoïétique, à l’origine de dysplasies intéressant une ou plusieurs lignées myéloïdes, d’une moelle riche avec hématopoïèse inefficace entraînant une ou plusieurs cytopénies sanguines et des anomalies fonctionnelles et/ou morphologiques. Ces syndromes sont associés à un risque élevé d’évolution vers une crise leucémique aiguë myéloïde (ou préleucémie).

SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS : prolifération de cellules myéloïdes matures. Au moins au départ, la survie des cellules et la différenciation/maturation apparaissent normales. Ces syndromes sont dits « sécrétants » ou non, selon que le clone incriminé synthétise des globulines ou pas. En cas de syndrome sécrétant, un syndrome d’hyperviscosité sanguine peut dominer le tableau clinique.

2. FONCTIONNEMENT DE LA MOELLE OSSEUSE HÉMATOPOÏÉTIQUE

Les trois lignées (myéloïde, érythroïde et thrombocytaire) sont issues de la maturation d’une cellule souche hématopoïétique pluripotente qui donne naissance à un précurseur myéloïde primitif indifférencié (figure).

Références

  • 1. Cowgill ES, Neel JA, Grindem CB. Clinical application of reticulocyte counts in dogs and cats. Vet. Clin. North Am. Small Anim. Pract. 2003;33:1223-1244.
  • 2. Ralph AG, Brainard BM. Update on disseminated intravascular coagulation : when to consider it, when to expect it, when to treat it. Top. Companion Anim. Med. 2012;27:65-72.
  • 3. Weiss DJ. Myelodysplastic syndromes. In : Weiss DJ, Wardrop JK eds, Schalm’s veterinary hematology. 6th edition. Ames, Blackwell Publishing. 2010:467-474.

Conflit d’intérêts : Aucun

Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr