BOITERIE PROGRESSIVE CHEZ UN FLAT COATED RETRIEVER - Le Point Vétérinaire n° 409 du 01/09/2020
Le Point Vétérinaire n° 409 du 01/09/2020

NEUROLOGIE

Quel est votre diagnostic ?

Auteur(s) : Marine Scheffen*, Fabrice Bernard**

Fonctions :
*(Dipl. ECVS) CHV Saint-Martin
275, route Impériale
74370 Saint-Martin-Bellevue
marine.scheffen@gmail.com

PRÉSENTATION CLINIQUE

Un chien flat coated retriever mâle, âgé de 7 ans, est présenté pour une boiterie du membre thoracique droit, à l’intensité progressive, apparue deux mois auparavant. Les propriétaires rapportent une boiterie sans appui, plus marquée à froid, sans cause traumatique identifiée. Un traitement anti-inflammatoire préalable n’a apporté aucune amélioration. À l’examen clinique, l’état général du chien est bon. Les nœuds lymphatiques préscapulaire et axillaire droits sont de taille augmentée. L’examen orthopédique révèle une amyotrophie des muscles de l’avant-bras et un report du poids du corps à gauche. La palpation met en évidence une douleur localisée au niveau du coude droit, associée à une tuméfaction de l’articulation. Un examen tomodensitométrique des membres thoraciques est réalisé, les images du coude droit sont présentées ici (photos 1 et 2).

Qualité des images tomodensitométriques

→ Le marquage intraveineux par le produit de contraste iodé est satisfaisant.

Description des images

→ L’examen tomodensitométrique met en évidence une réaction périos­tée mal délimitée, ainsi que de multiples foyers lytiques impliquant l’os sous-chondral de l’ensemble des surfaces articulaires du coude droit. La congruence articulaire de ce dernier reste satisfaisante. L’injection de produit de contraste par voie intraveineuse permet le rehaussement d’une masse synoviale, organisée autour du coude droit, qui envahit les zones de lyse osseuse. Les nœuds lymphatiques axillaire et préscapulaire sont de taille fortement augmentée et leur marquage est hétérogène.

Interprétation et prise en charge thérapeutique

→ L’examen est en faveur d’un processus néoplasique intéressant le coude droit, compatible en particulier avec une tumeur synoviale (sarcome histiocytaire, synoviosarcome). Des lésions lytiques secondaires sont observées sur l’épicondyle huméral médial, la tête du radius et l’articulation radio-ulnaire. Une infiltration ganglionnaire métastatique axillaire et préscapulaire est fortement suspectée. Des cytoponctions des nœuds lymphatiques infiltrés et des biopsies périarticulaires sont réalisées afin de préciser le diagnostic. Les résultats cytologiques et histologiques sont évocateurs d’un sarcome histiocytaire périarticulaire métastasé aux nœuds lymphatiques régionaux. Un immunomarquage CD18 permet de confirmer l’origine histiocytaire. Un bilan d’extension et une chirurgie palliative d’amputation du membre thoracique droit sont proposés, mais déclinés par le propriétaire.

Conflit d’intérêts : Aucun

DISCUSSION

Les sarcomes histiocytaires représentent plus de la moitié des tumeurs synoviales chez le chien [1]. Cette forme localisée (périarticulaire ou articulaire) et agressive touche souvent les articulations du grasset et du coude [2]. Les chiens adultes de races de grande taille y sont prédisposés, notamment le rottweiler, le bouvier bernois et les retrievers [5]. Une atteinte articulaire sous-jacente, comme la rupture du ligament croisé antérieur, semble augmenter le risque de développement d’un sarcome histiocytaire périarticulaire, en particulier chez le bouvier bernois [4, 5]. L’histologie associée à un immunomarquage (CD18) est nécessaire pour confirmer l’origine histiocytaire et la distinguer du synoviosarcome [3]. Le pronostic est sombre, avec une dissémination métastatique fréquente aux nœuds lymphatiques régionaux, aux poumons et au foie (91 % des cas). La moyenne de survie est de cinq mois lors d’un processus métastatique avéré. La chimiothérapie adjuvante au traitement chirurgical semble, à ce jour, inefficace [1]. Notons que l’utilisation de la radiothérapie peut se révéler intéressante pour soulager le membre, sans recourir à l’amputation [6].

Références

  • 1. Craig LE, Julian ME, Ferracone JD. The diagnosis and prognosis of synovial tumors in dogs : 35 cases. Vet. Pathol. 2002;39 (1):66-73.
  • 2. Moore PF. A review of histiocytic diseases of dogs and cats. Vet. Pathol. 2014;51 (1):167-184.
  • 3. Liptak JM, Forres LJ. Soft tissue sarcomas. In : Small animal clinical oncology, 5th edition. Saunders Elsevier. 2013.
  • 4. Manor EK, Craig LE, Sun X et coll. Prior joint disease is associated with increased risk of periarticular histiocytic sarcoma in dogs. Vet. Comp. Oncol. 2018;16 (1):E83-E88.
  • 5. Van Kuijk L, Van Ginkel K, De Vos JP et coll. Peri-articular histiocytic sarcoma and previous joint disease in Bernese Mountain Dogs. J. Vet. Intern. Med. 2013;27 (2):293-299.
  • 6. Marconato L, Sabattini S, Buchholz J et coll. Outcome comparison between radiation therapy and surgery as primary treatment for dogs with periarticular histiocytic sarcoma : an Italian Society of Veterinary Oncology study. Vet. Comp. Oncol. 2020:1-9.
Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr