Le point Vétérinaire n° 306 du 01/06/2010

GÉNÉTIQUE CANINE

Infos

FOCUS

Marie Abitbol

Unité pédagogique de génétique médicale et moléculaire, ENV d’Alfort
7, avenue du Général-de-Gaulle
94704 Maisons-Alfort Cedex

La mutation responsable du syndrome d’intolérance à l’effort est très fréquente chez les labradors, mais seul un exercice intense et soutenu peut déclencher des crises.

Un syndrome d’intolérance à l’effort, ou EIC (exercise-induced collapse), et d’effondrement chez le retriever du Labrador a été décrit pour la première fois en 1993 aux États-Unis, par le Dr. Shelton [1]. Les animaux atteints, de jeunes adultes labradors, présentaient une intolérance à l’effort, une température rectale élevée, une augmentation de la concentration en lactates plasmatiques et des biopsies musculaires histologiquement normales. Dans les années qui ont suivi, de nombreux cas ont été décrits chez des labradors américains de field ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK
A ne pas manquer
  • Formation : découvrez les programmes e-learning "Anesthésie : bien se préparer pour bien la gérer" et "L’Epanchement thoracique dans tous ses états"