Le Point Vétérinaire n° 406 du 01/06/2020

CANCÉROLOGIE

Cas clinique

Léa Vazquez*, Mathieu Retournard**, Yvan Gamet***


*ProvenceVet, 275 rue Jean Dausset, 84140 Avignon

Le traitement de base de la grande majorité des tumeurs osseuses est l’exérèse, lorsqu’elle est possible. Dans certains cas, comme lors de craniectomie agressive, la pose d’une prothèse est l’ultime et indispensable étape du protocole.

Résumé

→ Une tumeur multilobulaire de l’os récidivante (ostoéochondrome/ ostéochondrosarcome ou chondrome rodens) est diagnostiquée chez un jack russell terrier femelle de 9 ans. Un bilan d’extension local et à distance est effectué via un examen tomodensitométrique. Cet examen permet de réaliser une prothèse sur mesure afin de combler le déficit osseux engendré par l’exérèse large de la masse. L’analyse histologique des marges de l’exérèse confirme la résection en marges saines.

Summary

Multilobular osteochondrosarcoma of the cranial bone in a dog

→ A recurrent multilobular bone tumour (ostoeochondrome/osteochondrosarcoma or chondrome rodens) was diagnosed in a 9-year-old female Jack Russell terrier. An assessment of local and distant tumour spread was established using CT scan. A large excision of the mass was performed leaving a bone deficit and a custom-made prosthesis was made using the information obtained from the CT scan. Histological analysis of the excision margins confirmed resection at healthy margins.

Key words

Dog, chondrome rodens, multilobular osteochondrosarcoma, multilobular bone tumour, prosthesis, skull
L’ostéochondrosarcome multilobulaire (multilobular osteochondrosarcoma ou MLO) est la tumeur osseuse primitive de la boîte crânienne la plus fréquente chez le chien. Elle est appelée chondrome rodens dans les publications anciennes, mais ce terme ne reflète pas réellement l’histogenèse de la lésion. Cette tumeur touche essentiellement le chien, sans qu’aucune prédisposition raciale ou sexuelle ne soit mise en évidence. L’ostéochondrosarcome multilobulaire est une tumeur à croissance lente (sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois) dont l’agressivité est essentiellement locale. Le traitement de choix ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la référence scientifique pour la formation en canine et rurale.
Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK