Le point Vétérinaire n° 405 du 01/05/2020

DOULEUR ARTHROSIQUE

Thérapeutique

Marc Gogny*, Yassine Mallem**


*Unité de pharmacologie et toxicologie
Oniris, site de La Chantrerie
101, route de Gachet
44300 Nantes
**Auteur coordinateur

Le mode d’action novateur du grapiprant lui confère une efficacité analgésique et antihyperalgésique rapportée à un profil d’innocuité intéressant par rapport aux AINS classiques.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) classiques restent la pierre angulaire du traitement de l’arthrose canine, associés à la lutte contre la surcharge pondérale et à un exercice modéré et contrôlé [3]. Les études s’accordent sur le bénéfice de leur utilisation au long cours (c’est-à-dire supérieure à 28 jours), caractérisé par une amélioration du confort et de la mobilité de l’animal durant le traitement pendant au moins deux mois [4]. Toutefois, les principaux freins à l’administration des AINS restent leurs effets ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK