Le Point Vétérinaire expert rural n° 402 du 01/01/2020

BIEN-ÊTRE EN ÉLEVAGE

Article original

Éloïse Walpot*, François Claine**


*Association régionale de santé et
d’identification animales (Arsia)
2, allée des Artisans
5590 Ciney (Belgique)

L’évaluation des expressions faciales et du degré de réactivité individuel et collectif pourraient constituer des indicateurs de l’inconfort chez la chèvre.

Résumé

→ Peu d’outils d’évaluation du bien-être sont décrits chez la chèvre. Cependant, la réactivité du troupeau à l’introduction d’un stimulus semble être considérée comme un instrument pertinent pour juger de son état émotionnel, donc indirectement de son confort. La présente étude vise à juger de la pertinence des tests de réactivité (individuels et collectifs) et de l’observation des expressions faciales comme révélateurs d’inconfort chez les caprins. L’étude de corrélation entre ces réponses et les facteurs de régie montre que dans les grands troupeaux à conduite intensive, les tests de réactivité et les expressions faciales sont impactés.

Summary

Can the degree of reactivity and facial expressions be used as tools to assess discomfort in goats ?

→ Few well-being assessment tools are described for goats. However, the reactivity of the herd to the introduction of a stimulus seems to be considered as a relevant instrument for judging the emotional state of the animals, and therefore, indirectly, their comfort. The aims of the study presented in this article were to judge the relevance of individual and collective reactivity tests and the observation of facial expressions as indicators of discomfort in goats. The correlation study of these responses and management factors was conducted. This showed that reactivity tests and facial expressions are affected by management factors in large goat herds managed under intensive conditions.

Key words

Goats, facial expression, discomfort, well-being, welfare, evaluation, reactivity test.
Depuis plusieurs années, le nombre d’études réalisées chez les ruminants concernant l’optimisation du bien-être en élevage et la détection précoce des signes d’inconfort ne cesse de croître. Ainsi, plusieurs protocoles d’évaluation coexistent actuellement, reposant sur tout ou partie des cinq libertés fondamentales définies en 1992 par le Farm Animal Welfare Council : absence de faim et de soif, absence d’inconfort, absence de douleur, absence de peur ou de détresse et possibilité d’exprimer les comportements naturels de l’espèce [6]. La plupart de ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la référence scientifique pour la formation en canine et rurale.
Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK