Le point Vétérinaire Rural n° 395 du 01/05/2019

BIEN-ÊTRE

Article de synthèse

Léa Letessier*, François-Henri Bolnot**, Yves Millemann***


*Hospitalisation grands animaux
École nationale vétérinaire d’Alfort
7, avenue du Général-de-Gaulle
94704 Maisons-Alfort Cedex

L’abattage sans étourdissement préalable est possible par dérogation, mais il soulève la question du bien-être animal. La pratique du soulagement constitue une alternative intéressante à la saignée sans étourdissement.

Résumé

→ En France, comme partout dans l’Union européenne, l’abattage des animaux de rente après étourdissement est la règle. Cependant, il existe des dérogations à cette obligation, concernant principalement l’abattage rituel.

Or plusieurs études montrent que la perte de conscience après la seule saignée est quelquefois longue, en raison de la formation de faux anévrismes. Cet article, issu de la partie bibliographique d’une thèse de doctorat vétérinaire, confidentielle pour sa partie expérimentale, explique les avantages de la pratique du soulagement, qui consiste à étourdir l’animal juste après la saignée. Cette pratique limite la douleur en entraînant une perte de conscience presque immédiate.

Summary

Humane relief: an alternative to loss of consciousness by bleeding during industrial ritual slaughter

→ In France, as in Europe, the slaughter of farm animals after stunning is mandatory. However, there are some exceptions, with ritual slaughter being the main concern. Several studies show that loss of consciousness after bleeding alone is sometimes long due to the formation of false aneurysms. This article is based on the bibliographic part of a veterinary doctoral thesis, the experimental part of the thesis being confidential. The advantages of the practice of humane relief from suffering, which is to stun the animal just after bleeding, are discussed in this article. This practice limits suffering by causing almost immediate loss of consciousness.

Key words

Ritual slaughter, stunning, assuage, exsanguination, false aneurysm.
Alors que le sujet de la mise à mort des animaux de boucherie fait polémique au sein de la société française, le président de la République a missionné le ministre de l’Agriculture début janvier dernier « pour obtenir un meilleur traitement des animaux abattus », en particulier dans le cadre de l’abattage sans étourdissement. CONTEXTELe règlement européen prévoit, dans l’objectif de limiter la douleur liée à l’abattage, une obligation d’étourdissement des animaux de boucherie avant leur mise à mort par saignée. Cependant, certains ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK
A ne pas manquer
  • Formation : découvrez les programmes e-learning "Anesthésie : bien se préparer pour bien la gérer" et "L’Epanchement thoracique dans tous ses états"