Le point Vétérinaire Rural n° 395 du 01/05/2019

REPRODUCTION

Avis d’expert

Claude Joly

EURL Reprogen
11, place Jean-Jaurès
62380 Lumbres

Pour s’adapter aux contraintes actuelles de la profession, le vétérinaire doit retrouver un rôle d’encadrement dans la reproduction en élevage.

Résumé

→ Depuis la suppression des monopoles agricoles, la concurrence dans le domaine de la reproduction en élevage s’est développée. La gestion de la reproduction s’est profondément modifiée et les vétérinaires doivent s’adapter à un contexte en perpétuelle évolution. Ainsi, le suivi de reproduction classique doit être revu pour intégrer une approche plus individuelle, qui ne laisse aucun animal de côté. La gestion de la reproduction en élevage est ainsi fondée sur trois niveaux, à aborder successivement : s’assurer que les animaux sont aptes collectivement et individuellement à la reproduction, connaître et utiliser à bon escient les différentes techniques de reproduction et avoir des connaissances minimales en génétique. Cet article traite plus particulièrement des deux premiers aspects.

Summary

Broaden services to provide a different approach to livestock management

→ Competition in the field of breeding has developed since the abolition of agricultural monopolies. Reproductive management has changed dramatically, and veterinarians have had to adapt to ever-changing methods. Therefore, traditional reproduction follow-up checks need to be revised to incorporate a more individual approach so that no animal is left out of the breeding programme. Breeding management on farms is now based on three successive stages: ensure that the animals are collectively and individually able to reproduce, know and make good use of the various reproduction techniques and have a minimum knowledge of genetics. This article describes the first two aspects in particular.

Key words

Reproduction, insemination, collection, embryo transfer, deep insemination, therapeutic insemination.
En 1966, la loi sur l’élevage a permis le monopole des centres d’insémination artificielle (CIA) pour la mise en place et la distribution des doses de semence. Dans les années 1980, une méthode d’approche globale de la reproduction a été développée par deux vétérinaires, Michel Thibier et Patrice Humblot : le Programme d’action vétérinaire intégré de reproduction (Pavir), fondé sur les examens des animaux en post-partum, en anœstrus, la réalisation de diagnostics de gestation et des bilans de fécondité. Le contexte ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK
A ne pas manquer
  • Formation : découvrez les programmes e-learning "Anesthésie : bien se préparer pour bien la gérer" et "L’Epanchement thoracique dans tous ses états"