Le point Vétérinaire Rural n° 391 du 01/12/2018

THÉRAPEUTIQUE

Article de synthèse

Céline Lardy

Health Initiative
Le Point Vétérinaire
11-15, quai de Dion-Bouton
92800 Puteaux

Le traitement ciblé sélectif des génisses en première saison de pâturage est possible dès lors que les animaux sont choisis sur des critères pertinents.

Résumé

→ Le traitement ciblé sélectif est peu pratiqué pour la gestion du parasitisme chez les bovins, en particulier chez les jeunes. Chez les petits ruminants, il est plus répandu, en raison de l’apparition de résistances aux anthelminthiques. Les génisses laitières, qui rencontrent leurs premiers strongles gastro-intestinaux au cours de la première saison de pâture, subissent généralement un traitement collectif par crainte des chutes de production. La mise en place d’un traitement ciblé sélectif de ces animaux présuppose d’identifier les facteurs de risque et les indicateurs permettant de choisir les animaux cibles. Dans cette étude, les résultats d’un traitement ciblé sélectif chez les génisses sont similaires à ceux d’un traitement collectif en ce qui concerne la croissance et les paramètres cliniques et parasitaires.

Summary

Rational anthelmintic treatment in dairy heifers in the first grazing season

→ Selective targeted treatment is poorly practiced for the management of parasitism in bovines, especially for young cattle. It is more widespread in small ruminants because of the emergence of anthelmintic resistance. Dairy heifers that encounter gastro-intestinal strongyles during the first grazing season are usually given collective treatment for fear of reduced milk production. The implementation of a selective targeted treatment in these animals presupposes the identification of the risk factors and the indicators to choose the target animals. In this study, the results of a selective targeted treatment in heifers were similar to those of a collective treatment with respect to growth, and clinical and parasitic parameters.

Key words

Heifer, dairy cow, grazing, selective targeted treatment, anthelmintics, strongyles
Les strongyloses gastro-intestinales (SGI) ont un impact financier important en production laitière en raison des pertes de croissance chez les jeunes et des chutes de production chez les adultes. La gestion du parasitisme en élevage est un sujet délicat, qui repose sur le principe de l’équilibre entre, d’une part, le maintien d’un contact entre les parasites et l’hôte afin de développer une immunité convenable et, d’autre part, la lutte contre les infestations importantes à l’origine d’une baisse de production ou, ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK
A ne pas manquer
  • Formation : découvrez les programmes e-learning "Anesthésie : bien se préparer pour bien la gérer" et "L’Epanchement thoracique dans tous ses états"