Le point Vétérinaire n° 387 du 01/07/2018

MÉDECINE INTERNE NAC

Dossier

Marie Frisch*, Florent Modesto**


*Clinique vétérinaire Brasseur
6, rue Dechamps
7170 Manage
Belgique
marie.frisch@yahoo.fr

Les calculs urinaires sont fréquents chez les lapins. Ils entraînent des signes cliniques peu spécifiques et sont diagnostiqués par des examens d’imagerie.

Résumé

→ Les lapins sont particulièrement sensibles aux calculs urinaires. Leur métabolisme calcique est en partie incriminé, mais de nombreux facteurs de risque entrent également en jeu. Une rétention urinaire, une alimentation déséquilibrée (riche en calcium et phosphore), la faible prise de boisson et le manque d’exercice sont autant de facteurs prédisposants. Les signes cliniques étant peu spécifiques, les examens complémentaires sont indispensables pour établir un diagnostic. Les radiographies permettent de visualiser les calculs, tandis que l’échographie et les analyses de sang permettent d’établir un pronostic et un plan thérapeutique adéquat.

Summary

Pathogenesis and diagnosis of nephrolithiasis in rabbits

→ Rabbits are particularly prone to developing urinary calculi. Although the condition is partly caused by the way the rabbit metabolises calcium, many risk factors also come into play. Urinary retention, unbalanced diet (high in calcium and phosphorus), low water intake and lack of exercise are all predisposing factors. The clinical signs are non-specific, therefore complementary examinations are indispensable to establish a diagnosis. Radiographs are used to visualize the calculi, while ultrasonography and blood tests provide a prognosis and a suitable therapeutic plan.

Key words

Nephrolithiasis, rabbit, calcium metabolism, hyalurolan, hypercalciuria
Les lapins possèdent un métabolisme calcique unique, répondant à des exigences propres à l’espèce. En effet, leurs dents à croissance continue (2 à 2,5 mm par semaine pour les molaires) requièrent un apport constant de calcium pour leur formation. Les femelles peuvent être gestantes et allaitantes au même moment, ce qui double également les besoins calciques. Chez le lapin, le calcium est absorbé passivement au niveau intestinal. Cette absorption ne dépend pas de ses besoins métaboliques, mais de la différence de ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK
A ne pas manquer
  • Formation : découvrez les programmes e-learning "Anesthésie : bien se préparer pour bien la gérer" et "L’Epanchement thoracique dans tous ses états"