Le point Vétérinaire Rural n° 383 du 01/03/2018

PROCÉDURES CHIRURGICALES CHEZ LA VACHE LAITIÈRE

Avis d’expert

Joaquín Ranz Vallejo

Vet-Rumen, SL c/Entre arroyos
7, L-2 28030
Madrid, Espagne
jranz@ucm.es

En l’absence de signes cliniques évidents, d’autres affections digestives peuvent être exclues grâce au ionogramme. Une chirurgie “indirecte” par le flanc gauche limite le risque d’hypomotilité en phase postopératoire.

Résumé

→ L’origine de l’indigestion primaire de l’abomasum n’est pas complètement établie (taille des fibres de la ration et mode de distribution ?). Cette affection se distingue facilement des dilatations de caillette ou de l’impaction du rumen cliniquement. Elle conduit à une alcalose métabolique forte et à des anomalies de l’ionogramme telles qu’elles permettent de la distinguer d’autres troubles des segments digestifs. L’abord par le flanc gauche via une ruminotomie et le passage d’une sonde par l’orifice réticulo-abomaso-omasal est contre-intuitif, mais conseillé pour ramollir le contenu en injectant sous pression une grande quantité d’eau huileuse.

Summary

Practical approach to primary impaction of the abomasum

The origin of primary indigestion of the abomasum is not completely established (may possibly be due to ration fibre size and mode of distribution). This condition is easily distinguished clinically from abomasal dilatation or ruminal impaction. Abomasal impaction leads to a severe metabolic alkalosis and electrolyte abnormalities that thus distinguish it from other disorders of the digestive tract. Although seemingly injudicious, management of the condition is a ruminotomy via the left flank approach and passage of a probe through the reticulo-abomaso-omasal orifice, which is recommended in order to inject a large quantity of oily water under pressure to soften the contents.

Key words

Indigestion, abomasum, surgery, cattle, dairy cow, ruminotomy, flushing, impaction, electrolytes
L’impaction (indigestion fibreuse) abomasale primaire (car non consécutive à un déplacement ou tout autre affection) est relativement méconnue en France chez la vache laitière. La confondons-nous avec d’autres anomalies digestives plus “médiatiques” (volvulus de l’anse sigmoïde) ou plus “basiques” (impaction du rumen) ? Des moyens modernes (ionogramme) sont pourtant susceptibles d’orienter le diagnostic, sachant qu’un traitement efficace existe : il s’agit de remettre en suspension le contenu, par voie chirurgicale. Une bonne maîtrise anatomique et gestuelle s’impose. Regard transpyrénéen pratique sur cette ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK
A ne pas manquer
  • Formation : découvrez les programmes e-learning "Anesthésie : bien se préparer pour bien la gérer" et "L’Epanchement thoracique dans tous ses états"