Le point Vétérinaire Rural n° 382 du 01/01/2018

MÉDECINE BOVINE

Avis d’expert

Ramona Deiss*, Céline Boujon**, Torsten Seuberlich***, Mireille Meylan****


*Clinique des ruminants
**Neurocenter
Faculté Vetsuisse de l’université de Berne
Wiederkäuerklinik, Bremgartenstrasse 109a,
CH-3012 Bern, Suisse
mireille.meylan@vetsuisse.unibe.ch
***Neurocenter
Faculté Vetsuisse de l’université de Berne
Wiederkäuerklinik, Bremgartenstrasse 109a,
CH-3012 Bern, Suisse
mireille.meylan@vetsuisse.unibe.ch
****Clinique des ruminants

Les bovins atteints de troubles nerveux sont souvent présentés tardivement au vétérinaire, ce qui complique le diagnostic différentiel. L’implication possible d’astrovirus pourrait permettre d’élucider certains cas irrésolus.

Résumé

→ Récemment, des astrovirus (pourtant classiquement entérotropes dans diverses espèces) ont été identifiés dans les tissus nerveux de bovins présentant des lésions d’encéphalite non suppurée. Sur le plan clinique, les troubles nerveux observés indiquent une localisation multifocale (démarche mal coordonnée, voire incapacité à se tenir debout, somnolence, déficits des nerfs crâniens, etc.). Même si de nombreux aspects épidémiologiques et pathogéniques ne sont pas encore élucidés, il se pourrait que les astrovirus méritent une place dans le diagnostic différentiel des affections nerveuses bovines.

Summary

Astroviruses, neuropathogenic agents in search of notoriety?

→ Recently, astroviruses, which are usually enterotropic in various species, have been identified in nervous tissue of cattle with non-suppurative encephalitic lesions. Clinically, the observed neurological disorders indicate a multifocal localization including poorly coordinated gait, inability to stand, somnolence, cranial nerve deficits, etc. Although many epidemiological and pathogenic aspects of astroviruses are not fully understood, they may potentially be included in the differential diagnosis of bovine neurological conditions.

Key words

Cattle, encephalitis, astrovirus, public health.
L’impact des infections du système nerveux chez les bovins sur l’économie et la santé publique peut être important. Quelques-unes d’entre elles comme la rage ou l’encéphalite spongiforme bovine (ESB) sont zoonotiques et représentent une menace pour la santé humaine [27]. Les maladies neurologiques les plus courantes comme la listériose ou la nécrose du cortex cérébral (NCC, liée à un déficit en thiamine) ne posent normalement pas de difficultés diagnostiques pour le clinicien averti. Certaines intoxications, dont celles au plomb ou au ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK
A ne pas manquer
  • Formation : découvrez les programmes e-learning "Anesthésie : bien se préparer pour bien la gérer" et "L’Epanchement thoracique dans tous ses états"