Pratique vétérinaire rural_Hors Série n° 017 du 01/01/2017

GÉNÉTIQUE

Management, économie

Coralie Danchin-Burge

Institut de l’élevage,
149, rue de Bercy,
75012 Paris

Depuis 15 ans, l’Onab a permis d’identifier de nombreuses anomalies génétiques en élevage bovin. La poursuite de ces travaux est conditionnée par la remontée des cas de terrain.

Résumé

→ L’Onab a été créé en 2002 pour assurer une hérédosurveillance (surveillance de l’émergence d’anomalies génétiques). Ce dispositif fonctionne à partir du réseau de terrain des acteurs de la filière bovine, en particulier de la génétique, comme les fédérations professionnelles, mais aussi grâce à la contribution directe des éleveurs et des vétérinaires. Cette mobilisation a permis la découverte de nombreuses mutations responsables de maladies génétiques. Pour continuer dans ce sens, les acteurs doivent être sensibilisés en permanence à l’intérêt du dispositif pour ensuite participer à la remontée des cas. Cet article décrit les progrès déjà accomplis et les perspectives. Il explique également la marche à suivre lorsqu’un cas est suspecté en élevage.

Summary

Onab, did you say Onab?

→ Onab (Observatoire national des anomalies bovins National observatory of bovine anomalies) was established in 2002 to monitor of the emergence of genetic abnormalities in cattle. Data is provided by a field network of participants in the bovine sector, in particular those involved in genetics, such as professional bodies, but also thanks to the direct contribution of farmers and veterinarians. This action has led to the discovery of numerous mutations responsible for genetic diseases. Participants must be permanently sensitised to suspected cases and provide reports in order to increase the case data. This article describes the progress already made and future perspectives. The procedure to follow to report a case of suspected genetic abnormality is also explained in the article.

Key words

Genetic anomaly, genetic mutation, status, genetic surveillance
Onab… Derrière ce sigle se cache l’Observatoire national des anomalies bovines. Cette structure, souple (sans statut juridique officiel), a été créée en 2002 à la suite d’une succession de crises majeures en élevage bovin dues à l’apparition d’animaux porteurs de tares, avec une fréquence élevée. Son objectif majeur est de mettre en place un dispositif qui ressemble à une épidémiosurveillance, mais dont le terme exact est “hérédosurveillance”, à savoir un programme de surveillance de l’émergence des anomalies d’origine génétique [3]. TOUS ...

Accès réservé
Vous avez acheté le numéro spécial expert rural cette année ?
Identifiez-vous

Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK
A ne pas manquer
  • Formation : découvrez les programmes e-learning "Anesthésie : bien se préparer pour bien la gérer" et "L’Epanchement thoracique dans tous ses états"