LE VIRTUEL ET SES RÉALITÉS EN CHIRURGIE - Le Point Vétérinaire n° 446 du 01/10/2023
Le Point Vétérinaire n° 446 du 01/10/2023

Spécial 50 ans

Auteur(s) : Marine Neveux

Notre confrère Thomas Cézard, chirurgien à la clinique AniCura Saint-Roch de La Rochelle, entend poursuivre sur la voie de la culture de l’innovation qui lui a été transmise par ses pairs. Les réalités virtuelle, augmentée et surtout mixte trouvent des applications pertinentes en chirurgie orthopédique. Partage d’expérience.

Comment concilier le monde réel et le monde virtuel avec la pratique de la chirurgie orthopédique ? Pour Thomas Cézard, il suffit de « laisser libre cours à notre imagination et les ingénieurs se chargent ensuite de nous dire si c’était possible ou pas ». Notre confrère a notamment découvert l’éventail des possibilités dans le métavers lors d’une rencontre avec le cofondateur de la plate-forme 3Dverse.

QUAND LA RÉALITÉ DEVIENT PLURIELLE

Dans le domaine numérique, les réalités sont multiples et chacune présente un intérêt.

• La réalité virtuelle va simuler la présence physique d’un utilisateur ou d’objets dans un environnement créé artificiellement. Elle permet aussi d’interagir avec cet univers imaginaire. « C’est réellement une expérience sensorielle, à la fois visuelle et auditive, dans laquelle on peut maintenant faire intervenir le toucher, voire l’odorat », commente Thomas Cézard.

• La réalité augmentée est la superposition du monde réel et d’éléments ajoutés comme des sons, des images en 2D ou en 3D, des vidéos, etc. Aujourd’hui, elle commence à céder un peu de terrain face à la réalité mixte car elle est moins interactive. « Les outils développés à l’aide de cette technologie, comme les lunettes Vuzix, ont beaucoup gagné en ergonomie. Ces lunettes intelligentes peuvent ainsi être utilisées partout et sont agréables à porter, même longtemps », souligne notre confrère.

• La réalité mixte, avec laquelle notre confrère travaille le plus, est le résultat de la fusion du monde réel et du monde numérique (photo). Elle incorpore différents éléments holographiques en 3D qui font interagir l’humain, l’ordinateur et l’environnement.

« En pratique, le casque HoloLens permet par exemple d’opérer avec précision un animal en simulant des hologrammes, afin de visualiser l’intervention de façon immersive, avec une représentation en 3D de la zone à opérer. L’avenir est déjà là ! »

– La réalité étendue fait référence à la mise en œuvre de l’ensemble de ces technologies de réalité virtuelle, de réalité augmentée et de réalité mixte.

LES DÉVELOPPEMENTS EN SANTÉ

En santé humaine, les premières applications de la réalité virtuelle ont directement profité aux patients, comme la diminution du ressenti de la douleur (jusqu’à 25 %), le traitement de l’autisme, la réduction des symptômes liés à la phobie (jusqu’à 70 %), etc. Les applications destinées aux chirurgiens, notamment pour la planification des interventions, sont plus récentes. En médecine, beaucoup d’essais ont été menés en réalité virtuelle, par exemple à l’hôpital Foch où des infirmiers ont été formés à la gestion d’un accident transfusionnel. De même, la start-up américaine Novara travaille à équiper les blocs opératoires en réalité mixte et Pixee Medical propose une solution de chirurgie orthopédique assistée par ordinateur utilisant la réalité augmentée.

En santé vétérinaire, une expérience d’arthroscopie en réalité mixte est née de la collaboration entre le professeur Nguyen Tran de la faculté de médecine de Lorraine, le vétérinaire Jean-Guillaume Grand et l’entreprise rochelaise Abys Medical. La première version de cette solution chirurgicale issue du métavers, testée dans le domaine de la chirurgie orthopédique vétérinaire, permet d’accompagner et de guider le chirurgien, de la planification dans le cloud avec les outils d’imagerie en 3D jusqu’à la réalisation de l’acte avec l’assistance de la réalité mixte via les lunettes HoloLens. Par ailleurs, « la téléassistance chirurgicale arrive à grands pas », précise Thomas Cézard.

DES SOLUTIONS D’AVENIR

Les domaines d’utilisation de la réalité mixte dans le futur sont les prothèses, la radiothérapie, la curiethérapie, le laser médical, la chirurgie mini-invasive, et la reconstruction corporelle détaillée. La téléassistance, qui combine des lunettes de chirurgie intelligentes et une plate-forme numérique où les professionnels de santé peuvent se connecter partout dans le monde en temps réel, est aussi une solution d’avenir offrant aux chirurgiens la possibilité d’aider un confrère à distance et en direct. Des progrès sont toutefois attendus en matière de modélisation biomécanique, au niveau de l’impression en 3D et du recalage des structures tridimensionnelles.

« L’intelligence artificielle est une aide, mais elle ne remplacera jamais le savoirfaire du chirurgien », précise Thomas Cézard. Elle permettra en revanche le développement de la formation virtuelle et la dématérialisation des outils, sachant que le pilote aux commandes reste l’humain…

LES AVANTAGES ET LES LIMITES DU MÉTAVERS

Avantages

– Le gain de temps.

– La planification des opérations.

– L’offre de nouvelles interventions chirurgicales impossibles à réaliser sans aide digitalisée.

– Le confort du chirurgien, la diminution de son stress et de la longueur de l’intervention.

– La facilitation des échanges avec tous les ingénieurs.

– La réduction du coût du matériel de chirurgie. À terme, les écrans devraient disparaître des salles d’opération, les ancillaires médicaux probablement aussi. L’équipement informatique nécessaire est relativement basique et ne requiert ni logiciel ni serveur.

Limites

– Le réseau (mais la 5G arrive et très bientôt le satellite).

– Le matériel disponible (connexion, puissance et vision différentes selon les lunettes).

– L’accessibilité financière.

– L’accessibilité pour des “non-geeks” comme les vétérinaires.

– L’autonomie et l’ergonomie de l’équipement.

– La sécurité et les normes d’utilisation (pas encore de certification).

Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr