Le Point Vétérinaire n° 407 du 01/07/2020

NÉONATALOGIE

Dossier

Sylvie Chastant*, Hanna Mila**, Aurélien Grellet***


*(Dipl. ECAR)
**NeoCare
ENV de Toulouse
23, chemin des Capelles
31000 Toulouse
sylvie.chastant@envt.fr

Pour assurer la survie optimale des nouveau-nés privés de colostrum maternel, le simple lait (artificiel ou naturel) ne suffit pas durant les premiers jours. Des substituts colostraux existent.

Résumé

Un défaut de colostrum, par absence ou insuffisance de production, doit être compensé précocement (fermeture de la barrière intestinale en 12 heures après la naissance chez le chiot et 16 heures chez le chaton), car c’est la source principale d’anticorps pour les nouveau-nés. L’idéal est de disposer d’une mère de substitution, mais c’est assez rare et, chez le chat, il faut vérifier la compatibilité des groupes sanguins. Le recours aux substituts est indispensable pour satisfaire les besoins énergétiques et immunitaires des petits. La meilleure solution alternative (apportant énergie et immunité, mais aussi hormones et facteurs de croissance) est de constituer une banque de colostrum en choisissant le bon moment de la collecte chez la donneuse (entre 24 et 48 heures après la mise bas) pour ne pas spolier la portée du colostrum. En l’absence de données sur la qualité du colostrum prélevé, il convient de choisir des mères ayant élevé des portées avec de faible taux de mortalité et de respecter les mesures d’hygiène. Le lait (à partir du troisième jour postpartum) fournit uniquement de l’énergie, l’apport en immunoglobulines étant nettement insuffisant. Les laits maternisés n’en apportent pas et le lait de pseudogestation possède des concentrations en immunoglobulines équivalentes à celle du colostrum. L’administration de sérums canins et félins, voire ceux d’autres espèces, présente des limites (gros volumes et durée de protection réduite). Un seul substitut dédié au chiot, offrant énergie et immunité (grâce au jaune d’œuf de poules vaccinées spécifiquement), est commercialisé (PuppyProTech®).

Summary

Colostral substitutes for puppy and kitten

A deficit of colostrum, due to absence or insufficiency, must be compensated early because the intestinal barrier closes after 12 hours in puppies and 16 hours in kittens and because it is the only source of antibodies for the newborn. The ideal is to have a surrogate mother, but this is quite rare, and in cats, it is imperative to check the compatibility of blood groups. The use of substitutes is essential to meet the energy and immune needs of the offspring. The best alternative is to build up a colostrum bank, to provide energy and immunity and also hormones and growth factors. The correct time of collection from the donor is the second day after parturition in order to avoid depriving the litter. When no data on the quality of the colostrum collected is available, it is advisable to choose dams of litters with low mortality rates. Hygienic precautions are essential. Milk from the third day after partition provides energy only, and the immunoglobulin intake is clearly insufficient. Milk formulas do not contain any immunoglobulins. Milk from bitches with pseudogestation has not been evaluated. The administration of canine and feline sera (or those of other species) has great limitations such as large volumes that are required and the reduced duration of protection. There is only one commercially substitute available for puppies only, PuppyProTech ND, which provides immunity (from specifically vaccinated chicken yolk) and energy.

Key words

Colostrum, colostral substitute, artificial colostrum, puppy, kitten
Au cours des deux jours qui suivent la naissance, les mamelles de la chienne et de la chatte sécrètent un liquide très particulier, le colostrum. Sa fonction est de fournir de l’énergie aux nouveau-nés et de leur permettre d’absorber des anticorps (immunoglobulines, Ig). Comme les chiots et les chatons naissent avec une concentration sérique en Ig presque nulle, c’est l’ingestion du colostrum qui va établir une immunité protectrice contre de nombreux virus et bactéries pendant les quatre à huit premières ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK