Le Point Vétérinaire n° 405 du 01/05/2020

DOULEUR ARTHROSIQUE

Thérapeutique

Marc Gogny*, Yassine Mallem**


*Unité de pharmacologie et toxicologie
Oniris, site de La Chantrerie
101, route de Gachet
44300 Nantes
**Auteur coordinateur

Le mode d’action novateur du grapiprant lui confère une efficacité analgésique et antihyperalgésique rapportée à un profil d’innocuité intéressant par rapport aux AINS classiques.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) classiques restent la pierre angulaire du traitement de l’arthrose canine, associés à la lutte contre la surcharge pondérale et à un exercice modéré et contrôlé [3]. Les études s’accordent sur le bénéfice de leur utilisation au long cours (c’est-à-dire supérieure à 28 jours), caractérisé par une amélioration du confort et de la mobilité de l’animal durant le traitement pendant au moins deux mois [4]. Toutefois, les principaux freins à l’administration des AINS restent leurs effets ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK