Luxation d’une prothèse totale de hanche traitée par une double ostéotomie du bassin - Le Point Vétérinaire expert canin n° 403 du 01/03/2020
Le Point Vétérinaire expert canin n° 403 du 01/03/2020

ORTHOPÉDIE

Cas clinique

Auteur(s) : Alexandre Thibault*, Philippe Haudiquet**

Fonctions :
*Clinique vétérinaire VetRef
7, rue James Watt
49070 Angers Beaucouzé
clinique@vetref.fr

Les dysplasies précoces des hanches sont désormais couramment traitées par la pose de prothèses qui assurent un confort de vie proche de la normale. Comme pour toute chirurgie, des complications existent qui peuvent, elles aussi, être corrigées.

La luxation constitue l’une des principales complications de la pose d’une prothèse totale de hanche, en raison des facteurs de risque liés à l’animal (sévère laxité préopératoire, capsule articulaire lâche ou rompue, etc.), des difficultés d’implantation de la cupule (entraînant un angle latéral d’ouverture anormal) ou de la tige fémorale, ainsi que des choix du chirurgien concernant les dimensions de la prothèse (diamètre de la tête fémorale, taille du col ou de la cupule) qui ont notamment une influence sur le déport fémoral [1, 4]. Différentes techniques thérapeutiques existent, comme la triple ostéotomie du bassin lors de luxation dorsale [5]. Avant 2018, cette méthode n’est décrite que chez deux chiens, avec un excellent résultat pour l’un, amputé du membre pelvien controlatéral, mais plus mitigé pour l’autre, qui a présenté par la suite des luxations ventrales de la prothèse totale de hanche [7, 8]. En outre, dans le cadre du traitement de la dysplasie, la double ostéotomie du bassin s’est révélée utile pour traiter des subluxations de la hanche [3]. La présentation de ce cas vise à illustrer l’intérêt de cette technique dans la gestion d’un cas de luxation dorsale de prothèse totale de hanche.

CAS CLINIQUE

Un chien nordique, âgé de 4 ans, est présenté pour une vive douleur localisée aux hanches. La radiographie montre une dysplasie sévère bilatérale, avec des remaniements osseux importants et une arthrose sévère. La pose d’une prothèse totale de hanche cimentée bilatérale est réalisée. Deux mois plus tard, la gauche apparaît luxée cranio-dorsalement (photo 1). Après la réduction non sanglante de la luxation, la persistance d’une instabilité est observée. Une correction par double ostéotomie du bassin, à l’aide d’une plaque DPO (Double Pelvic Osteotomy, PorteVet®) de 30°, est entreprise afin d’obtenir un meilleur recouvrement dorso-latéral de la tête fémorale par la cupule. Les mesures préopératoires de l’angle latéral d’ouverture (ALO) sont de 46,4° pour la cupule droite et de 58,2° pour la gauche. Après l’ostéotomie, l’angle est de 48,6° (cupule gauche). Les contrôles cliniques et radiographiques, deux et six mois plus tard, confirment l’absence de récidive de la luxation et l’évolution favorable de la boiterie (photo 2).

DISCUSSION

La majorité des luxations cranio-dorsales sont multifactorielles, avec souvent une position imparfaite de la cupule acétabulaire. L’une des mesures objectives est celle de l’ALO. Un angle particulièrement élevé est constaté dans de nombreux cas de luxations cranio-dorsales (ouverture de la cupule acétabulaire en cas d’ALO supérieur à 45°) [2]. Un abaissement de l’ALO semble judicieux, notamment dans la gestion des récidives de luxation, après l’échec d’une réduction non sanglante. Pour y parvenir, il est souvent approprié de réaliser un changement de cupule ou de revoir son positionnement [6]. Ces modifications, effectuées sur huit cas, ont permis l’abaissement de l’ALO d’environ 10°, avec de très bons résultats [2]. Cependant, une nouvelle intervention sur une cupule, notamment cimentée, peut se révéler compliquée, voire risquée, en raison d’une probable augmentation du taux d’infection et d’une amélioration souvent minime avec le nouveau positionnement.

Face au risque de complications liées à une seconde intervention sur le matériel prothétique, la double ostéotomie du bassin réalisée a permis de modifier indirectement la position de la cupule, en réduisant l’ALO d’environ 10° (à l’instar des changements de cupule cités plus haut). La diminution d’angle reste cependant modérée au regard des conclusions d’une étude récente sur la réalisation d’une triple ostéotomie du bassin (environ 23° sur 17 cas) [5]. Cette baisse moindre est toutefois à nuancer : l’obtention d’un ALO faible peut entraîner des luxations ventrales de la prothèse (3 cas sur 17) et se rapprocher de la valeur de 45° peut suffire à maintenir la réduction [5]. De plus, parvenir à une valeur proche de l’ALO controlatéral est apparu suffisant dans le cas présenté, une hypothèse confortée par l’excellente évolution postopératoire. En outre, l’autre avantage majeur de cette technique est la préservation de l’interface os-implant, qui limite le risque d’un descellement secondaire.

Conclusion

La réduction modérée de l’ALO obtenue grâce à une double ostéotomie du bassin est une solution alternative au repositionnement et/ou changement de cupule, dans le cas particulier d’une luxation dorsale de prothèse totale de hanche. Dans ce contexte, l’abaissement moindre de cet angle, par rapport à une triple ostéotomie du bassin, reste à confirmer sur une série de cas, mais pourrait limiter le risque de luxations ventrales. Les résultats cliniques sont encourageants, et permettent en outre de conserver l’interface entre l’os et l’implant initial.

Références

  • 1. Charissoux JL, Asloum Y, Marcheix PS. Surgical management of recurrent dislocation after total hip arthroplasty. Orthop. Traumatol. Surg. Res. 2014;100 (1 Suppl) : S25-S34.
  • 2. Dyce J, Wisner ER, Wang Q et coll. Evaluation of risk factors for luxation after total hip replacement in dogs. Vet. Surg. 2000;29 (6):524-532.
  • 3. Haudiquet PH, Guillon JF. Radiographic evaluation of double pelvic osteotomy versus triple pelvic osteotomy in the dog : an in vitro experimental study. Proceedings 13th ESVOT congress, Munich, Germany. 2006:239-240.
  • 4. Kowaleski MP. Biomechanical considerations in total hip replacement. In : Advances in Small Animal Total Joint Replacement. Ames, Iowa, ed. Wiley-Blackwell. 2013:53-68.
  • 5. Monotti IC, Ryan SD, Preston CA. Management of total hip replacement luxation with triple pelvic osteotomy. Vet. Surg. 2018;47 (8):993-1001.
  • 6. Peck JN, Marcellin-Little DJ. Revision strategies for total hip replacement. In : Advances in Small Animal Total Joint Replacement. Ames, Iowa, ed. Wiley-Blackwell. 2013:109-130.
  • 7. Preston CA, Schulz KS, Vasseur PB. Total hip arthroplasty in nine canine hind limb amputees : a retrospective study. Vet. Surg. 1999;28 (5):341-347.
  • 8. Roe SC, Sidebotham C, Marcellin-Little DJ. Acetabular cup liner and prosthetic head exchange to increase the head diameter for management of recurrent luxation of a prosthetic hip in two dogs. Vet. Comp. Orthop. Traumatol. 2015;28 (1):60-66.

Conflit d’intérêts

Aucun.

Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr