Le point Vétérinaire n° 396 du 01/06/2019

THÉRAPEUTIQUE

Dossier

Jacques Bietrix

Clinique vétérinaire de l’Arche,
192, avenue de Romans,
26000 Valence
jbietrix.vetarche@gmail.com

Des précautions particulières sont à prendre avant la mise en œuvre de traitements à risque pour la fonction rénale. Une évaluation de l’animal avant traitement et un suivi sont nécessaires chez les animaux à risque. En outre, lors de survenue d’une insuffisance rénale aiguë pharmaco-induite, l’instauration d’une fluidothérapie est indispensable.

Résumé

→ Les effets indésirables rénaux liés aux médicaments vétérinaires sont généralement considérés comme rares, mais certaines situations, susceptibles d’augmenter leur probabilité de survenue (animal âgé, hypoperfusion rénale, maladie métabolique, interactions médicamenteuses), doivent amener le prescripteur à prendre des précautions particulières avant la mise en place de traitements à risque. La correction d’un éventuel état de déshydratation ou d’hypotension, une évaluation et un suivi de la fonction rénale peuvent être nécessaires lors de leur utilisation chez des animaux à risque. En cas de survenue d’une insuffisance rénale aiguë pharmaco-induite, la mise en place d’un plan de fluidothérapie adapté est indispensable.

Summary

Prevention and management of renal adverse reactions in dogs and cats

→ Renal adverse reactions related to veterinary drugs are generally considered rare. However, the probability of occurrence is likely to increase in some situations, such as an old animal, renal hypoperfusion, metabolic disease, and drug interactions, and the prescriber should take special precautions before using risk treatments. Correction of a possible state of dehydration or hypotension, and evaluation and monitoring of renal function may be necessary when used in animals at risk. The establishment of an adapted fluid therapy protocol is essential in cases of pharmaco-induced acute renal insufficiency.

Key words

Pharmacovigilance, adverse effects, nephrotoxicity, acute renal failure, dog, cat, drug, good practice use.
À l’instar de ce qui est rapporté chez l’homme, de nombreuses substances médicamenteuses sont susceptibles d’altérer le fonctionnement rénal chez le chien et le chat. En médecine vétérinaire, les principales classes thérapeutiques décrites comme ayant une toxicité rénale potentielle sont les anti-inflammatoires, les inhibiteurs du système rénine-angiotensine-aldostérone (SRAA), les aminoglycosides, les diurétiques de l’anse, la ciclosporine, certains agents de chimiothérapie comme le cisplatine, le masitinib, l’amphotéricine B, les polymyxines, les céfalosporines et les sulfonamides [13]. Sur le plan de la pharmacovigilance, ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK
A ne pas manquer
  • Formation : découvrez les programmes e-learning "Anesthésie : bien se préparer pour bien la gérer" et "L’Epanchement thoracique dans tous ses états"