Fiche de synthèse - Le Point Vétérinaire n° 396 du 01/06/2019
Le Point Vétérinaire n° 396 du 01/06/2019

Dossier

Néphrotoxicité médicamenteuse chez les carnivores domestiques

Yassine Mallem et coll.

La néphrotoxicité des aminoglycosides

est potentialisée par l’administration d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et/ou de furosémide.

Des précautions d’emploi sont nécessaires lors de la prescription d’AINS

et de certains antibiotiques chez les très jeunes animaux et les animaux vieillissants.

Le risque d’insuffisance rénale aiguë par interaction médicamenteuse

est majoré en cas de double ou de triple combinaison entre AINS, diurétiques et inhibiteurs du système rénine-angiotensine.

Les chats sont plus sensibles que les chiens

à la néphrotoxicité médicamenteuse.

Néphrotoxicité des médicaments vétérinaires : étude rétrospective des cas de pharmacovigilance déclarés chez le chien et le chat

Margot Caria et coll.

Les déclarations d’événements indésirables constatés sur le terrain

par les vétérinaires contribuent à une meilleure connaissance des médicaments.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont les médicaments qui sont le plus souvent signalés comme potentiellement néphrotoxiques,

en particulier chez les grands chiens, prédisposés à l’arthrose.

Il apparaît difficile de conclure quant à la potentielle néphrotoxicité de produits indiqués

pour traiter une maladie rénale chronique.

La néphrotoxicité d’un médicament dépend également de l’existence de différents facteurs

de risque (âge, comorbidité, polymédication, etc.).

Prévention et prise en charge des effets indésirables rénaux chez le chien et le chat

Jacques Bietrix et coll.

Toute affection qui entraîne une hypovolémie rénale

(déshydratation, hypotension) contre-indique l’utilisation de médicaments à risque tant que l’hypoperfusion rénale n’est pas corrigée.

Une évaluation préalable et un suivi du fonctionnement rénal

(mesure de la densité urinaire, de la protéinurie, dosage de la créatinine plasmatique) sont nécessaires chez les animaux à risque.

Des précautions particulières sont à prendre lors d’association de molécules à risque

(AINS/inhibiteurs du SRAA/diurétiques, AINS/anesthésiants).

En cas de survenue d’une insuffisance rénale aiguë pharmaco-induite,

les traitements à risque doivent être interrompus et un plan de fluidothérapie adapté doit être mis en place.

Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr