Fiche de synthèse - Le Point Vétérinaire n° 393 du 01/03/2019
Le Point Vétérinaire n° 393 du 01/03/2019

Dossier

Anatomie et physiologie hépatiques

Camille Bismuth

L’anatomie du foie est complexe,

en particulier sa vascularisation (double système veineux portal et veineux systémique) et doit être parfaitement maîtrisée lorsqu’une chirurgie hépatique est envisagée.

Tumeurs primitives hépatocellulaires : prise en charge et pronostic

Camille Bismuth

La principale tumeur primitive d’origine hépatocellulaire

chez le chien est le carcinome hépatocellulaire (HCC). Il s’agit de la deuxième tumeur primitive d’origine hépatocellulaire chez le chat.

La prise en charge d’un HCC

est chirurgicale. L’imagerie préopératoire permet de préparer l’intervention.

Le pronostic concernant les HCC de forme massive

est excellent après une chirurgie.

La recherche se penche sur le moyen de rendre résécables

des tumeurs considérées comme non résécables et sur l’utilisation de techniques décrites en médecine humaine, telles que l’embolisation portale ou des techniques et des instrumentations novatrices, comme?l’utilisation du Dissectron®.

Tumeurs primitives hépatocellulaires : description et diagnostic

Camille Bismuth

Les signes cliniques des tumeurs du parenchyme hépatique

sont souvent frustres et peu spécifiques, ce qui retarde le diagnostic de ces dernières.

Les anomalies hématobiochimiques

sont souvent peu spécifiques d’une atteinte tumorale, mais permettent d’orienter vers une atteinte hépatique.

L’échographie est l’examen de choix

en première intention, qu’il convient de compléter par un examen d’imagerie avancée et notamment par un angioscanner, afin d’adapter la prise en charge.

Il est recommandé de réaliser une analyse cytologique

des lésions observées à l’échographie de manière systématique, pour exclure une atteinte métastatique ou une atteinte tumorale d’indication non chirurgicale.

Contrôle de l’hémorragie pendant une?chirurgie hépatique

Camille Bismuth

La chirurgie hépatique est complexe

et présente principalement un risque de saignements pouvant mettre en jeu le pronostic vital.

Les saignements, diffus ou majeurs, doivent être anticipés :

préparation de la chirurgie à l’aide de l’imagerie en coupe et des connaissances anatomiques ; préparation des instruments et des aides à l’hémostase (compresses hémostatiques).

Les techniques chirurgicales

concernant la gestion des saignements peropératoires doivent être connues et maîtrisées.

La disponibilité de produits sanguins

doit être vérifiée lors de chirurgie hépatique, et plus encore lors de résection complexe (lobes médial droit et carré, notamment).

Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr